Le sport, ce moment de grâce

Le sport, ce moment de grâce

« Je porte sur le sport le regard d’un amoureux qui vient du monde de la littérature et de la philosophie », déclare le philosophe et écrivain chrétien Éric-Emmanuel Schmitt.

Un contenu proposé par Ensemble - Strasbourg

Publié le 16 juin 2016

Aux côtés de deux fous de sport, j’ai grandi dans l’amour de l’athlétisme bien sûr, mais également dans celui des Jeux Olympiques. Mes parents se sont rencontrés sur un stade et ont passé toute leur vie ensemble. Ma mère a été championne de France du 120 m haies. Mon père, lui, a été professeur d’éducation physique et a pratiqué la boxe à haut niveau.

Je porte sur le sport le regard d’un amoureux qui vient du monde de la littérature et de la philosophie. Pour paraphraser François Truffaut : « Tous les Français ont deux métiers, le sien et celui de critique de performances sportives. » J’ai dans mes bagages un petit stock d’écrivains qui ont sublimement écrit sur l’athlétisme ou sur la performance sportive, tels l’Anglais Alan Sillitoe, Antoine Blondin mais aussi Platon, Hegel ou Diderot. Il existe également deux ou trois textes de Colette qui ne sont pas très connus.

Je cherche à savoir ce qui se passe humainement dans une performance. Ce qui me fascine tant, au fond, dans le sport, c’est l’humanisme en acte. Celui qui nous permet de dépasser certains préjugés que l’on peut porter sur des régimes. L’humain transcende le national, le politique, le racial, l’historique. C’est pour cela que je dis que les Jeux sont une expérience concrète d’humanisme.

Je relève un lien entre l’écriture et le sport : la recherche de l’excellence. J’ai toujours conçu mon travail comme un entraînement sportif, qui prépare au geste impossible, au moment de grâce. En ce sens, le sport est une leçon de philosophie. Le sport est un condensé de ce que peut être une vie exigeante. C’est produire le maximum d’effets avec le minimum d’énergie. Dans l’écriture, c’est pareil. Une belle phrase, c’est une phrase qui, avec un minimum de mots, génère de l’émotion et de la pensée.

Dans la même rubrique...

7 femmes qui veulent faire bouger l’Église catholique

Elles sont sept réunies dans le collectif « Toutes Apôtres ! ». Elles ont décidé de suivre l’exemple d’Anne Soupa, qui s’est proposée, le 25 mai dernier, pour succéder au cardinal Barbarin à l’archevêché de Lyon.

Un contenu proposé par

Choisir ses enfants

Les progrès réalisés dans les domaines de la génétique et des techniques de reproduction accroissent notre pouvoir d’élimination des handicaps et des maladies. Faut-il se réjouir de cette puissance, ou au contraire la redouter ?

Un contenu proposé par Labor et Fides

Antoine Rufenacht, l’homme du Havre

Antoine Rufenacht est décédé à l'âge de 81 ans. Retour sur le parcours politique de ce protestant qui fut maire du Havre jusqu'en 2010, avant de passer le flambeau à Edouard Philippe.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Coronavirus : et Dieu dans tout ça ?

Cela fait déjà plus de six mois que nous vivons dans un monde affecté par le Covid-19.

Un contenu proposé par Croire et vivre

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Strasbourg

Journal des Églises protestantes de la région de Strasbourg, Ensemble était un bimestriel de 32 pages réalisé par 12 bénévoles. Il tirait à 8000 exemplaire depuis 1968.

Suite à l’interruption de parution du magazine au printemps 2017, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Découvrez le blog Regards sur les paroisses