Le sport, ce moment de grâce

Le sport, ce moment de grâce

« Je porte sur le sport le regard d’un amoureux qui vient du monde de la littérature et de la philosophie », déclare le philosophe et écrivain chrétien Éric-Emmanuel Schmitt.

Un contenu proposé par Ensemble - Strasbourg

Publié le 16 juin 2016

Aux côtés de deux fous de sport, j’ai grandi dans l’amour de l’athlétisme bien sûr, mais également dans celui des Jeux Olympiques. Mes parents se sont rencontrés sur un stade et ont passé toute leur vie ensemble. Ma mère a été championne de France du 120 m haies. Mon père, lui, a été professeur d’éducation physique et a pratiqué la boxe à haut niveau.

Je porte sur le sport le regard d’un amoureux qui vient du monde de la littérature et de la philosophie. Pour paraphraser François Truffaut : « Tous les Français ont deux métiers, le sien et celui de critique de performances sportives. » J’ai dans mes bagages un petit stock d’écrivains qui ont sublimement écrit sur l’athlétisme ou sur la performance sportive, tels l’Anglais Alan Sillitoe, Antoine Blondin mais aussi Platon, Hegel ou Diderot. Il existe également deux ou trois textes de Colette qui ne sont pas très connus.

Je cherche à savoir ce qui se passe humainement dans une performance. Ce qui me fascine tant, au fond, dans le sport, c’est l’humanisme en acte. Celui qui nous permet de dépasser certains préjugés que l’on peut porter sur des régimes. L’humain transcende le national, le politique, le racial, l’historique. C’est pour cela que je dis que les Jeux sont une expérience concrète d’humanisme.

Je relève un lien entre l’écriture et le sport : la recherche de l’excellence. J’ai toujours conçu mon travail comme un entraînement sportif, qui prépare au geste impossible, au moment de grâce. En ce sens, le sport est une leçon de philosophie. Le sport est un condensé de ce que peut être une vie exigeante. C’est produire le maximum d’effets avec le minimum d’énergie. Dans l’écriture, c’est pareil. Une belle phrase, c’est une phrase qui, avec un minimum de mots, génère de l’émotion et de la pensée.

Dans la même rubrique...

Couvre-feu à 18 heures, une mesure vraiment efficace ?

Pas de reconfinement pour l’instant, mais un couvre-feu avancé à 18 heures pour l’ensemble de la France qui interroge.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Face à la Covid, faut-il enfermer les vieux ?

Devant la détresse des plus jeunes générations, notamment des étudiants, la question de la mise à l'écart des plus fragiles se pose-t-elle ?

Un contenu proposé par Campus protestant

Edgar Morin, l’esprit interrogatif (1/2)

L'émission "Osons la philosophie" décortique l'actualité et questionne notre manière de vivre.

Un contenu proposé par Radio Alliance +

Charte de l’islam : injuste, insuffisante mais nécessaire

Poussés par les autorités politiques françaises, les musulmans se sont dotés d’une charte, qui ne fait pas l’unanimité.

Un contenu proposé par Réformés

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Strasbourg

Journal des Églises protestantes de la région de Strasbourg, Ensemble était un bimestriel de 32 pages réalisé par 12 bénévoles. Il tirait à 8000 exemplaire depuis 1968.

Suite à l’interruption de parution du magazine au printemps 2017, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire