Les animaux rois

Les animaux rois

Défendu de plus en plus farouchement par le véganisme ou encore l’antispécisme, l’animal se voit siéger sur un trône qui ne lui revient pas forcément, si l’on se réfère à la Bible. Parti pris.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd'hui

Publié le 21 décembre 2017

Lire directement l’article sur Christianisme Aujourd'hui

L’amour que l’on porte à l’animal est légitime tant qu’il n’est pas extrême.

Qui n’a pas chez lui, au moins pour faire plaisir à ses enfants, un chien, un cochon d’Inde, un poisson rouge ou une perruche ? On veut aller nager avec les dauphins, on s’extasie devant la naissance d’un panda au zoo; on peut reconnaître un peu de l’amour de Dieu pour sa création, dans l’engouement des hommes pour les animaux et ce, à juste titre. De Ge. 1, 25 à Ps. 145, 9 en passant par Mat. 10, 29, « la compassion de Dieu est sur toutes ses œuvres ».

Les humains et les animaux sont destinés à vivre ensemble. Ge. 1, 28 fait de l’homme l’intendant du monde vivant, Ge. 2 le pousse aux sciences naturelles et Ge. 3 à l’agriculture. Mais c’est avec Noé que la Bible va le plus loin, Noé, l’archétype du protecteur des espèces sauvages ou domestiques et de la biodiversité. Amour et respect de l’animal sous-tendent les prescriptions du Pentateuque et des Proverbes. Le bien-être animal est évoqué dans les dix commandements et dans Prov. 12, 10. […]

Lire la suite sur Christianisme Aujourd'hui

Dans la même rubrique...

Coronavirus : et Dieu dans tout ça ?

Cela fait déjà plus de six mois que nous vivons dans un monde affecté par le Covid-19.

Un contenu proposé par Croire et vivre

La culture du flux et le déni

Le manque de masques de protection en France au début de la pandémie reflète l’échec d’une culture du flux, qui a évincé la culture du stock. L’expérience invite à réinvestir l’espace, le temps, le corps, la vulnérabilité, au lieu de les dénier.

Un contenu proposé par Forum protestant

Les vacances vues par un anthropologue

Trois questions à l’anthropologue Tristan Loloum, chercheur à l’Institut de géographie et durabilité (UNIL).

Un contenu proposé par Réformés

Un cours de religion à l’école publique

Lors de la séparation entre les Églises et l’État en 1905, l’Alsace-Moselle était allemande. Aussi aujourd’hui encore, à l'école primaire, une heure hebdomadaire y est dédiée à l’enseignement religieux.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Rejoignez-nous sur Instagram