Les bancs publics mis au ban

Les bancs publics mis au ban

Hier, ils permettaient la rencontre, la méditation... Aujourd’hui, ils font débat.

Un contenu proposé par Croire et vivre

Publié le 17 août 2015

Auteur : José Loncke

Lire directement l’article sur Croire et vivre

Le banc public a une valeur symbolique, nostalgique, qui a été utilisée par de nombreux artistes, à l’image de la chanson « Le Mistral Gagnant », composée par Renaud en 1995 :

Ah… m’asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
Et regarder les gens tant qu’y en a
Te parler du bon temps qu’est mort ou qui r’viendra
En serrant dans ma main tes p’tits doigts…

Toujours dans le domaine de la musique on pourrait citer le fameux « Bancs publics » de Georges Brassens…

Histoire

Apparus à la Renaissance, les bancs vont se multiplier alors que la durée de vie et le temps de loisirs des Français s’allongent, tout comme se fait sentir leur besoin croissant de confort et de repos.

Autre évolution : les bancs vont s’installer en ville. Ils vont agrémenter les boulevards, les parcs et les jardins, les places, les promenades publiques. Le célèbre baron Haussmann va ponctuer les rues parisiennes de milliers de bancs situés en bordure des trottoirs. En région, on fera écho à cette nouvelle organisation urbaine.

Le banc va également évoluer dans sa forme. On va le pourvoir de dossier et accoudoirs, le bâtir avec de la pierre ouvragée, de la ferronnerie. Certains bancs deviennent de véritables ouvrages d’art. Aujourd’hui, on les fabrique même en acier, en béton, en matériaux composites.

Contemplation

Le banc public est un lieu de contemplation. Voici à ce propos, une citation de Louis-Ferdinand Céline : « Que fait-on dans la rue, le plus souvent ? On rêve. C’est un des lieux les plus méditatifs de notre époque, c’est notre sanctuaire moderne, la rue ».

Lien social

Le banc public est également un lien social important, un lieu de convivialité. […]

Lire la suite sur Croire et vivre

Dans la même rubrique...

La France, une société de défiance ?

Pour François Ernenwein, rédacteur en chef au quotidien La Croix, c’est le recul de la raison qui domine la politique.

Un contenu proposé par Campus protestant

Changer le monde, c’est maintenant ou jamais !

L'édito écolo du mois de juin 2020 du mensuel de l’Église protestante unie de France, Le Cep.

Un contenu proposé par Le Cep

L’écologie comme mode de vie

J’ai parcouru la liste des 150 propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Mais à la lecture de cette liste, je n’ai pas échappé à un léger malaise.

Un contenu proposé par Tendances, Espérance

François Hartog : « permettre à chacun d’éveiller sa conscience »

Le philosophe et historien nous invite à utiliser le concept de « brèche dans le temps » pour comprendre la crise actuelle et se projeter dans le futur.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Croire et vivre

Croire et vivre est un magazine mensuel qui veut d’abord donner à ses lecteurs « l’envie de croire » ou celle de partager leur foi. La plupart des rédacteurs appartiennent à des Églises membres de la Fédération protestante de France ou du Conseil national des Évangéliques de France.

En raison du confinement,
Croire et vivre vous a proposé
de télécharger gratuitement 
le numéro d’avril 2020.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram