Les églises se transforment à volonté

A travers le monde, des édifices religieux désaffectés se métamorphosent en hôtels, restaurants, lofts, voire spas et skateparks, l’une des dernières transformations à avoir séduit public et médias.

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 3 mars 2016

Auteur : Stéphanie Billeter

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

L’un des plus spectaculaires skateparks du monde, c’est ainsi que l’artiste espagnol Okuda San Miguel définit Kaos Temple, son œuvre réalisée à l’intérieur de l’église Santa Barbara de Llanera en Asturies, abandonnée et quasi en ruines depuis septante ans. Il en a peint les fresques, jouant sur les facettes de couleurs qui évoquent les vitraux. « C’est la première fois que je travaille dans une église et ça m’a impressionné, surtout le contraste de ma peinture contemporaine avec l’architecture classique », raconte Okuda. Sur l’impulsion du collectif Church Brigade, Santa Barbara a donc repris vie, exemple parlant de réaffectation d’un lieu d’église. « Ce nouveau décor est fantastique, et c’est toujours un espace public, s’enthousiasme Johannes Stückelberger, professeur en esthétique des religions et églises à l’Université de Berne. Vous trouverez des centaines d’exemples équivalents. » En effet, de plus en plus d’églises désertées par les fidèles sont revendues et réaffectées, surtout au Canada, aux Pays-Bas et en Angleterre. Là, près de 2000 églises ont fermé entre 1969 et 2011, dont la moitié transformées en lieux profanes, engrangeant un bénéfice de 62 millions de francs reversé aux diocèses.

En France, des promoteurs immobiliers se spécialisent désormais dans la vente de lieux d’église. Bars, hôtels, fitness, les idées de réaffectation ne manquent pas, les concepteurs rivalisant d’ingéniosité. En Suisse, la question de la réaffectation commence à se poser. Mais chez nous, les paroisses sont partie prenante de tels projets. Depuis l’échec du rachat en 2005 de l’église Saint-Leonhard de Saint-Gall, promise en vain à un avenir culturel, Johannes Stückelberger encourage les paroisses à envisager les réaffectations d’abord sous forme de don à une autre communauté religieuse, puis de favoriser une utilisation pour des manifestations culturelles, ensuite pour des événements sociaux, et en dernier recours de passer à la vente ou à la démolition. […]

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

Inceste en France : le regard d’une historienne

Anne-Emmanuelle Demartini est professeure d’histoire contemporaine et membre du projet ANR DERVI (“Dire, Entendre, Restituer les Violences Incestueuses”).

Un contenu proposé par Réforme

Personnes exilées en France : la Défenseure des droits saisie

La Fondation de l’Armée du Salut et 30 associations partenaires ont saisi, fin 2020, la Défenseure des droits sur les risques vitaux et le non-accès à leurs droits de dizaines de milliers de personnes exilées vivant en France.

Un contenu proposé par Armée du Salut

L’impossible débat sur les vaccins

Entre complotistes de tous ordres et mobilisations anti-vaccins, un débat véritable et argumenté semble hors de portée aujourd’hui.

Un contenu proposé par Campus protestant

« Un dispositif qui va contraindre l’expression de la vie cultuelle »

Le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération Protestante de France, a redit sur le plateau de Télésud les doutes et les inquiétudes du protestantisme français.

Un contenu proposé par Défap

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire