Municipales, la peur de l’abstention

Municipales, la peur de l’abstention

À quelques jours du premier tour des élections municipales, un grand nombre de politologues redoutent l’abstention.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 13 octobre 2013

Auteur : Frédérick Casadesus

Triste ambiance pour des élections fétiches. Alors que six Français sur dix se déclarent satisfaits de l’action de leur maire, tous les pronostics prédisent que l’abstention sera le grand vainqueur des élections municipales à venir. Un tel phénomène n’est pas nouveau, puisqu’en 2008 on a enregistré le plus faible taux de votants à des municipales depuis 1959 : 66,5 % au premier tour et 65,2 % au second tour. L’impopularité du pouvoir exécutif laisse craindre que le cru 2014 ait des relents plus amers encore. Enjeux d’un scrutin périlleux.

« Le désenchantement des Français a toujours existé, remarque Philippe Braud, professeur émérite à Sciences-Po. C’est cyclique et cela correspond à la phase de désillusion qui suit l’élection d’un président. Nul ne peut s’en étonner : pour être choisis, les candidats formulent des promesses inconsidérées qu’ils sont incapables de mettre en œuvre quand ils accèdent au pouvoir. » De surcroît, le politologue observe qu’un sentiment d’écœurement s’est déjà manifesté dans notre histoire récente, lorsque trois ministres de Valéry Giscard d’Estaing furent assassinés, quand les mises en accusations multiples et le suicide d’un ancien Premier ministre ont entaché la fin du second mandat de François Mitterrand… Même si l’actuel climat n’est pas serein, il faut peut-être en nuancer le caractère dramatique. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Diagnostic difficile, un coup de tonnerre

Diagnostic difficile… un coup de tonnerre !

Maladies chroniques, cancers... Comment les médecins accompagnent les patients lors de l'annonce du diagnostic ?

Un contenu proposé par Radio Alliance +
Vivre jusqu'au bout

Vivre jusqu’au bout

Depuis 2013, Francis est atteint de la maladie de Charcot. Face à cette dévoreuse d'énergie, il a décidé de vivre entouré des siens et porté par sa foi.

Un contenu proposé par Éditions Empreinte temps présent
Mon nom ? Un héritage

Mon nom ? Un héritage

Même si la réforme juridique de 2005 a élargi les modalités d’attribution du nom donné à l’enfant-né, il n’en demeure pas moins que le nom reçu est un héritage.

Un contenu proposé par Proteste

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Réforme est un hebdomadaire protestant d’actualité, né en 1945 de la Résistance. Consciente de cet héritage, l’équipe du journal souhaite se dégager de l’instantanéité de l’information pour décrypter, analyser, prendre de la distance face à un monde de plus en plus complexe.

logo

Derniers contenus du partenaire