Nos cadeaux ont-ils encore un sens ?

Nos cadeaux ont-ils encore un sens ?

Le pasteur Joël Dahan interroge le sens des cadeaux que l'on s'échange pour les fêtes.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 9 décembre 2014

Auteur : Joël Dahan

Jésus aussi a reçu des cadeaux ! Dans l’évangile de Matthieu, un panier garni avec de l’or, de l’encens et la myrrhe. Il serait très tendance aujourd’hui, à l’heure de l’austérité et de la recherche de produits de bien-être. On ne sait pas si l’or a été placé, l’encens conservé pour plus tard, ou la myrrhe échangée dans le circuit des cadeaux superflus ! Seul un autre cadeau sera offert à Jésus : un parfum de nard pur, très cher. Un geste qui a fait scandale.

Offrir un présent, c’est se mettre en présence de quelqu’un, c’est impliquer son être et donner une part de ses biens. Dans cette « présentation », un message est échangé et il est dit quelque chose sur la personne qui reçoit comme celle qui donne. Dans l’Ancien Testament, l’offrande pour honorer Dieu tient une place centrale. On offre aussi des cadeaux à un roi en signe d’allégeance. Ou simplement pour accueillir, honorer, retrouver un autre. Il existe aussi des cadeaux empoisonnés ou mal reçus.

L’encens, réservé aux dieux ; la myrrhe, une huile sainte ; l’or, le métal précieux des puissants ; le nard pur utilisé pour l’onction des rois sont autant de présents qui disent la royauté et la messianité de Jésus. L’échange de présents était une sorte de langage non verbal, connu de tous, avec ses codes. Nos cadeaux ont-ils encore un sens ? Les échanges sont-ils codifiés ? Ou cherchent-ils seulement à faire plaisir, combler un manque, répondre à un besoin ? […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Entre tradition et émancipation ! Quel équilibre entre les deux ?

Tradition et émancipation sont-elles vraiment compatibles ? La question n’est pas simple.

Un contenu proposé par SpirituElles

Rencontre avec le judaïsme

Éric-Meyer Aziza est depuis huit ans le rabbin d’Arcachon. Il est aussi aumônier des prisons, armées et hôpitaux. Il est très engagé dans le dialogue interreligieux pour la laïcité.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

L’âgisme : un nouveau néologisme

L’utilisation abusive du suffixe «-isme» dans la création de néologismes nébuleux nuit gravement à la langue française.

Un contenu proposé par Réformés

Confiner trois semaines, une mesure efficace ?

Le 25 février, le premier adjoint à la mairie de Paris, Emmanuel Grégoire, a brandi l'idée d'un reconfinement de Paris pendant trois semaines.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants