Oser parler de la mort aux enfants

Oser parler de la mort aux enfants

Rosette Poletti, théologienne et psychothérapeute, livre ses conseils pour aborder la mort avec les enfants.

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 30 octobre 2015

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

« Attendez que l’enfant vous interroge pour lui parler de la mort. Donnez-lui des réponses claires et simples, conseille Rosette Poletti, infirmière, théologienne et psychothérapeute. Nous projetons nos peurs sur l’enfant. Mais il est bien moins angoissé que nous. Il est surtout curieux. » « Prenez soin de vous. Ne lui cachez pas votre douleur, mais trouvez un lieu extérieur pour l’exprimer. Mieux vous irez, mieux ira votre enfant. »
L’enfant accepte plus facilement la mort que les adultes. « Il a l’humilité d’accepter qu’il y a des choses qu’on ignore, comme le mystère de la mort. Sa capacité à l’ici et maintenant lui permet de sortir de sa tristesse par une sollicitation extérieure aussi simple qu’une sortie à la patinoire. » On oublie aussi souvent que l’enfant est quotidiennement confronté à la mort. Que dire devant le cliché du petit Aylan Kurdi, réfugié syrien retrouvé noyé sur une plage de Turquie ? « Dites à votre enfant qu’il est tombé du bateau et qu’il s’est noyé. Dites-lui aussi que vous prenez des bateaux plus solides et que vous mettez des gilets de sauvetage. Minimisez sans éviter la réalité. »

Une question d’âge

Avant 2 ans, l’enfant sait que la personne est partie. Il a besoin de sécurité et d’un cadre stable. De 3 à 5 ans, il prend conscience que le défunt ne reviendra pas, mais ne comprend pas le « pour toujours ». Il faut donc être attentif à ce qu’on dit. Evitez les phrases : « Il nous a quittés. Il s’est endormi. » « Dites-lui que la personne est morte. Il peut l’intégrer », explique Rosette Poletti. […]

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

L’individualisme ne protège pas l’individu

Une réflexion proposée par Angelika Krause, pasteure à Barbezieux (Charente), membre du Groupe Orsay.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

Rencontre avec l’une des deux imames de la mosquée Simorgh (1)

Anne Sophie Monsinay est co-fondatrice avec Eva Janadin des Voix d’un islam éclairé (Mouvement pour un islam spirituel et progressiste).

Un contenu proposé par Carnet d’une étudiante en théologie

« Une place pour elles »

Des associations protestantes se mobilisent contre la violence intrafamiliale à travers un clip de prévention, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

Un contenu proposé par Campus protestant

La vérité des microbes

Le sociologue Frédéric de Coninck revient sur les théories fantaisistes au sujet de l'épidémie de Covid-19, autant de discours qui décrédibilisent la science médicale.

Un contenu proposé par Tendances, Espérance

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast