Pâques, « leçon d’humanité »

Pâques, « leçon d’humanité »

Pour la théologienne Marion Muller-Colard, "l’Evangile est une parole incroyablement moderne".

Un contenu proposé par La Vie Protestante

Publié le 27 mars 2015

Auteur : Emmanuel Rolland

Lire directement l’article sur La Vie Protestante

Docteure en théologie avec une thèse sur le livre de Job, Marion Muller-Colard réussit la prouesse de transcrire le combat de l’homme révolté dans un langage vertigineusement proche du nôtre, de nos questions, de nos combats.Sous sa plume, les concepts les plus éculés de la théologie retrouvent leur éclat primitif. Après avoir lu L’Autre Dieu, on finit par se rendre à l’évidence : si les voies du Seigneur demeurent impénétrables, sa voix libératrice, elle, continue à retentir avec une clarté, une transparence qui laisse muet d’admiration.

D’où vous vient votre passion pour le livre de Job ?

C’est un très beau livre littéraire. Il est d’ailleurs étonnant que ce livre n’inspire pas davantage les metteurs en scène, le monde du théâtre. Job parle dans un langage dépouillé de tout artifice de la question du mal, de ses répercussions humaines, sociales. Bien que je me revendique aujourd’hui comme croyante, je fais mienne la grande leçon du livre de Job : il n’existe aucun système explicatif du mal dans lequel on puisse enfermer l’existence humaine.

Avant de vous consacrer à l’écriture, vous avez choisi de travailler en aumônerie plutôt qu’en paroisse…

Oui. Je vérifie la pertinence de l’Évangile dans des milieux qui ne sont ni prêts ni prédestinés à l’accueillir. Et puis, de par la maladie de mon fils, j’ai d’abord été « maman-infirmière ».
Quand, après son rétablissement, j’ai remis les pieds à l’hôpital en tant qu’aumônier, j’avais un vécu personnel qui me rendait particulièrement sensible à l’accompagnement en situation de grande vulnérabilité.

En quoi votre lecture du livre de Job a-t-elle enrichi votre expérience professionnelle ?

Job est le personnage biblique révélateur du fait que le malheur peut s’abattre sur n’importe qui. Cette « révélation », beaucoup de malades, de grands vieillards, en font l’expérience quand ils se retrouvent comme Job, dépouillés de tout. Comment traiter une foi qui intègre une telle expérience ? Et puis, à l’hôpital se pressent « les amis de Job » qui cherchent à refabriquer le système à mesure qu’il s’effondre. L’aumônier a tout à entendre : celui qui gît, comme Job, dans les ruines de son système de croyances. Ceux qui décident de défendre ce système envers et contre tout. […]

Photo : © Sébastien Bozon

 

Lire la suite sur La Vie Protestante

Dans la même rubrique...

Ennemis d’État ?

Un éditorial de Jean-Luc Mouton, directeur de Réforme.

Un contenu proposé par Réforme

Ecologie mentale, entre imaginaires et subjectivités

Stéphane Lavignotte expose le concept d’écologie mentale créé dans les années 1980 par le psychanalyste Félix Guattari.

Un contenu proposé par Forum protestant

Réseaux sociaux, chance ou calamité ?

Les réseaux sociaux ne sont que des amplificateurs des tendances de la société. Reste à s’approprier avec intelligence des outils qui avec le temps trouveront leur équilibre.

Un contenu proposé par Campus protestant

Un droit au blasphème : quelles limites ?

Erwan Cloarec remet ici les bonnes notions aux bons endroits et nous fait réfléchir à notre appel en tant que chrétien.

Un contenu proposé par Point-Théo

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

La Vie Protestante

La Vie Protestante était un journal de spiritualité édité par l’Église protestante de Genève. Fort de 70 ans d’expérience, le mensuel abordait les thèmes qui font débat et qui interrogent l’homme. Dans un monde en mutation profonde, La Vie Protestante traitait la question du sens et portait un regard éthique et humaniste sur les enjeux de notre société et sur les grandes valeurs spirituelles.

Suite à l’interruption de parution du journal en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants