Parrain et marraine, un rôle sur mesure

Parrain et marraine, un rôle sur mesure

Témoignage et point sur le rôle moral, spirituel et concret des parrains et marraines.

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 27 février 2013

Auteur : Gabriel Dutoit

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

«J’aimerais que Christine devienne ma marraine!» Cette phrase que Fanny a prononcée à l’âge de 9 ans lors d’une journée de vacances, Christine Chevalier-Dorier s’en souvient dix années après comme si c’était hier. «Nous avions joué aux chercheurs d’or dans un champ de maïs. J’ai réfléchi pendant la nuit, puis je lui ai dit oui avec mon cœur et ma tête», raconte-t-elle. Depuis, la marraine et sa filleule vivent une relation privilégiée. «Pour moi, être marraine, c’est marcher avec ma filleule. Elle a sa vie. Je chemine à côté d’elle à son rythme. Je ne suis pas ses parents, pas sa sœur, pas son amie, mais sa marraine, un rôle qui s’adapte à elle.»

Elle se souvient des rires, des jeux, des déguisements ou encore du temps passé à cuisiner ensemble. Lors de cette balade en trottinette où elles se sont perdues dans un cimetière, la marraine saisit l’occasion de parler avec simplicité de la mort. «Dans mon rôle, la foi est importante mais n’est pas tout, raconte Christine. Je prie pour elle. J’ai souvent proposé de revisiter les Ecritures de manière artistique, par le théâtre, la musique ou le dessin.» A l’adolescence, l’appartement de la marraine devient un lieu refuge, parfois juste pour bouquiner, être écoutée, parler des études. Aujourd’hui, Fanny a 19 ans et les contacts sont moins fréquents: «Ma marraine a toujours été là quand j’allais bien ou mal, dit-elle. Elle m’a vu grandir et je l’ai vue évoluer.» Une confidente? «Avec mes parents, je peux parler de beaucoup de choses, mais avec Christine, la façon d’en parler est différente.» Christine est aujourd’hui maman d’un petit Léo de 10 mois. Son mari et elle viennent de lui choisir sa marraine: une amie proche avec qui ils sentent que le bébé a un feeling particulier. Une relation importante démarre. Comme tant d’autres. […]

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

Le confinement ou la liberté sacrifiée

Le confinement, nécessaire pour limiter le nombre des malades du Covid-19, est un frein à nos libertés et à toute prise de risques dans nos vies, avertit Samuel Amédro.

Un contenu proposé par

Coronavirus : protéger les plus précaires

Le 16 mars, le président Macron annonçait l’ouverture des gymnases pour les sans-abri en concertation avec les grandes associations. Qu’en est-il une semaine plus tard ?

Un contenu proposé par

Et si l’on essayait, sérieusement, de s’en sortir

Si nous voulons sortir de cette crise sanitaire à fortes conséquences économiques, nous devrions "tenter chacun dans notre coin de faire redémarrer le système".

Un contenu proposé par Forum protestant

Pour ou contre un travail pour payer ses études ?

Il n’est pas nouveau que des jeunes gens doivent travailler pour payer leurs études. Voici un pour et contre le travail des étudiants.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants