Réapproprions-nous la mort

Réapproprions-nous la mort

Pour entamer son deuil, l’humain a besoin de rites. Aujourd’hui, il s’éloigne des institutions religieuses pour lui donner une dimension sociale.

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 23 octobre 2016

Auteur : Marie Destraz

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

Le rite funéraire est universel, mais sa forme est diverse. Elle ne l’a d’ailleurs jamais autant été qu’aujourd’hui. Alors que notre société sort peu à peu d’une longue période de tabou et mesure l’importance de la parole dans le processus de deuil, l’humain cherche à se réapproprier la mort par le rite, avec l’objectif de faire mémoire. Alors on ne supprime plus les pages des défunts sur les réseaux sociaux, voire même on en crée de nouvelles pour les célébrer, profitant de notre technologie de pointe pour donner l’illusion de l’éternité.

La tendance est à l’identification, à l’individualisation du défunt. « La crémation a ouvert des possibilités d’appropriation et de signification de l’identité individuelle à travers le rite », observe Christian Grosse, historien et anthropologue des christianismes modernes. […]

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

Le désenchantement de l’Internet

De l'utopie d'un monde meilleur à la désinformation et le monopole de grands groupes privés... Mais comment en est-on arrivé là ?

Un contenu proposé par Fréquence Protestante
Trouver des leviers égalitaires pour notre avenir

Trouver des leviers égalitaires pour notre avenir

Face à l’avenir inquiétant, les chrétiens sont invités à imaginer de nouvelles organisations sociales, explique le pasteur Olivier Brès.

Un contenu proposé par
Macron Valeurs Actuelles

Macron dans Valeurs, étrange dialogue

Le président de la République Emmanuel Macron a choisi d’accorder une interview en exclusivité à l’hebdomadaire de droite Valeurs actuelles. Un choix qui pose question.

Un contenu proposé par
Après le suicide de Christine Renon, un professeur des écoles s’exprime

Après le suicide de Christine Renon, un professeur des écoles s’exprime

Christine Renon, directrice d’école maternelle, s’est suicidée le lundi 26 septembre. La réaction d’un de ses collègues.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

7e convention du Forum protestant