"Les enfants ont besoin d’avoir un contact social avec des femmes et des hommes"

Recomposition familiale : l’enfant peut-il être heureux ?

Un entretien extrait du dossier sur les mutations dans les couples et les familles. Trois questions à Mitzy Seille, psychologue, et Brigitte Schweitzer, médecin.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 13 juin 2018

Auteur : Fabienne Delaunoy

Aimer son enfant suffit-il à ce qu’il soit heureux ?

Oui et non. L’enfant a surtout des besoins naturels qui doivent être satisfaits, d’abord primaires : manger à sa faim, avoir un toit, avoir accès aux soins, etc. puis ceux liés à la sécurité affective, relationnelle et éducative. Il doit pouvoir compter sur des parents aimants et solides qui le reconnaissent en tant qu’individu en entendant ses demandes et en le laissant exprimer ses émotions. La relation parentale doit être éthique et bienveillante.

Quelles sont les conditions pour qu’un enfant puisse s’épanouir malgré des conflits et/ou une séparation des parents ?

Il faut tout d’abord éviter si possible d’exposer ses enfants au conflit. Souvent, les parents pensent qu’ils les préservent en les envoyant dans leur chambre ou en attendant qu’ils s’endorment pour se disputer. Mais l’enfant voit, sent et comprend beaucoup de choses. Il est très sensible à la souffrance des parents. Les enfants peuvent avoir une tolérance aux conflits s’ils savent que les parents savent restaurer un dialogue apaisé et si, bien sûr, ces conflits ne sont pas trop fréquents.

Mais l’enfant peut se sentir coupable et/ou être coincé dans un conflit de loyauté s’il est pris dans des histoires d’adultes et mis à une place qui ne lui revient pas. Lors d’une séparation, on observe souvent un parent considérer son enfant comme un partenaire et projeter sur lui ses besoins. Les parents, même séparés, doivent pouvoir continuer à former une famille où le père et la mère tiennent leur rôle et ont une place à équidistance de leurs enfants.

Quelle importance jouent la figure féminine et la figure masculine dans la parentalité ? Les enfants peuvent-ils se passer de l’une ou l’autre ?

Les enfants ont besoin d’avoir un contact social avec des femmes et des hommes. Dans le cas de parents homosexuels, la présence féminine ou masculine peut être tenue par un proche ou un autre membre de la famille. L’enfant sera donc bien, si la famille a la capacité d’être ouverte aux autres. Dans l’autre sens, plus la société acceptera les évolutions familiales et moins l’enfant aura le souci du jugement des autres. Nous ne sommes pas au bout de l’évolution des configurations familiales. Ce qui est important aussi, c’est que l’enfant ait accès à ses origines et son histoire familiale. L’enfant d’un couple homoparental ou l’enfant adopté doivent savoir qu’ils résultent d’un choix amoureux sans invalider qu’ils sont nés par une procréation naturelle ou assistée.

Sur le même thème

La société a besoin de couples robustes !

La société a besoin de couples robustes !

Des couples solides et durables constituent un fondement de nos sociétés, explique le philosophe Olivier Abel.

Un contenu proposé par
Couples, familles, parentalités

Couples, familles, parentalités

Un outil d'animation proposé par des théologiens, thérapeutes et sociologues, pour ouvrir le débat en Eglise sur les nouvelles formes de conjugalité, de parentalité et de familles.

Un contenu proposé par Éditions Olivétan
Réussir sa vie familiale

Réussir sa vie familiale

Les ingrédients vitaux dont les parents ont besoin pour bien faire.

Un contenu proposé par Croire et Vivre

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Bel été avec les médias protestants !