Rodéo d'âme : "comprendre des choses d'aujourd'hui"

Rodéo d’âme : “comprendre des choses d’aujourd’hui”

Les deux Alsaciens Claire Audhuy et Baptiste Cogitore ont fondé Rodéo d’âme qui allie l’édition, le théâtre, la musique et le cinéma documentaire. Rencontre.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 27 mars 2018

Auteur : Fabienne Delaunoy

Comment travaillez-vous ensemble ? En quoi êtes-vous complémentaires dans votre travail ?

Claire : Nous travaillons à partir de la même matière et nous interrogeons ensemble les personnes rencontrées, que ce soit en Alsace, aux États-Unis ou en Israël. Mais nous en tirons des choses différentes. Nous sommes tous les deux issus du monde universitaire avec la rigueur que cela suppose. On se nourrit l’un l’autre. Baptiste a un regard journalistique (il collabore pour France télévisions, Arte et Rue89 Strasbourg, ndrl) et moi un regard de metteur en scène. Nous sommes tous les deux attachés à faire entendre des réalités de vie.

Baptiste : Je suis le premier lecteur de Claire. Je l’accompagne souvent lors de ses déplacements. C’est d’ailleurs souvent elle qui impulse les idées. Nous menons aussi des projets à part l’un de l’autre, comme nos deux résidences. Je suis actuellement et pour quelques mois à Roubaix afin de sensibiliser les jeunes aux médias et les faire travailler eux-mêmes sur le traitement de l’information. (Claire a été à la rencontre de  collégiens d’Hénin-Beaumont, ville dirigée par le Front national, de janvier à mai 2017 et a travaillé avec eux pour ouvrir leurs horizons, notamment en rencontrant des jeunes de la classe de primo-arrivants, ndlr).

Avez-vous connu des retours négatifs, des incompréhensions sur votre travail et pourquoi selon vous ?  Au contraire, avez-vous senti des choses bouger après votre intervention ?

Claire : Pour reprendre ce qui s’est passé à Hénin-Beaumont, mon travail n’a pas été facile. Si l’Éducation nationale et la Direction des affaires culturelles m’ont demandé d’intervenir dans cette ville, peu avant les élections présidentielles, ce n’était pas un hasard. Le premier jour, j’ai senti la peur des élèves de rencontrer des migrants. Ils ont baigné dans une culture frontiste de rejet des autres. La Ville a d’ailleurs signé une charte « Ma commune sans migrants ». On a monté une pièce de théâtre avec les jeunes qui s’appelle Bienvenue à Hénin-Beaumont et on a placardé dans la ville 2000 affiches où il était écrit « Chaque homme est mon frère » ou des témoignages de réfugiées. Le maire Steeve Briois a essayé de porter plainte contre moi pour détournement d’argent public car selon lui, un artiste doit être neutre. Pour autant, je ne me considère pas comme militante, je mets en lumière une réalité que certains veulent cacher. Les collégiens ont compris d’eux-mêmes, en parlant avec d’autres jeunes migrants, et des amitiés se sont créées. La pièce a été un succès, nous l’avons jouée devant plus de 2000 personnes, dont 600 élèves.

Que voulez-vous transmettre aux jeunes ?

Baptiste : Je ne souhaite pas leur donner un cours théorique sur ce qu’ils doivent penser ou faire mais qu’ils se sentent touchés et pensent par eux-mêmes.

Claire : Quand on exhume des textes, comme celui d’Hanuš Hachenburg, un ado de 13 ans, ça parle aux jeunes qui ont le même âge. Ce qu’il a écrit nous permet de comprendre des choses aujourd’hui. Il parle d’un tyran qui veut imposer sa vision aux autres et pour y parvenir, joue sur la peur. Ça existe encore aujourd’hui.

Comment favoriser selon vous le vivre-ensemble tout en s’attachant à son identité ?

Claire : Prendre conscience de son identité amène à être plus tolérant. Si l’on regarde son arbre généalogique, on peut constater qu’on est tous des migrants parce qu’à un moment ou un autre, un de nos ancêtres a changé de région, de pays. J’ai plusieurs fois constaté que les gens se plaquent eux-mêmes ou qu’on leur plaque des identités réductrices qui les empêchent de voir les choses et les gens autrement. Il existe plein de manières de construire son identité et cela ne peut se construire qu’avec les autres. Nous sommes toujours l’autre de quelqu’un.

Sur le même thème

Rodéo d’âme : voyage artistique dans le passé

Rodéo d’âme : road trip dans le passé

Claire Audhuy et Baptiste Cogitore font découvrir des voix du passé pour mieux comprendre notre présent. Il y a 14 ans, ils ont créé Rodéo d’âme, une association pluridisciplinaire.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager
Inter-Religio, un projet universitaire européen

Inter-Religio, un projet universitaire européen

Dès janvier 2018, à Strasbourg, Bâle et Heidelberg, il sera possible de se lancer dans la préparation d’un diplôme universitaire « Connaissances et pratiques de l’interreligieux ».

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Refuge et Résistance : La Tronche 1939-1945

Dans la banlieue de Grenoble, les résistants protègent des réfugiés, dont Pierre Mendès-France, avec l'aide d'un pensionnat protestant et de la population bienveillante.

Un contenu proposé par Éditions Ampelos

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire