Supporters comme au ciel

Supporters comme au ciel

La passion qui entoure le football fait de ce sport une religion mondiale. Alors que s’ouvre l’Euro 2016 en France, théologiens et sociologues analysent cette ferveur.

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 10 juin 2016

Auteur : Marie Destraz

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

Le stade devient cathédrale, les supporters des fidèles et, sur la pelouse, des saints en maillot se signent à tout va. Avec ses rituels, lieux de culte et surtout l’engouement du public, le football est vu comme une religion. A tel point que l’exposition « Divinement foot ! », à Lyon, s’interroge sur cette dévotion tout l’été. Face à la ferveur, les commentateurs sont plus nuancés. « Le football est une quasi-religion », pour le théologien et passionné de ballon rond Denis Müller. L’enthousiasme, la communion du public, le partage avec le supporter adverse qui, devant le beau jeu, n’est plus un ennemi, sont des éléments communs au sport d’équipe évoquant la ferveur religieuse, note le théologien. « Mais on en atteint vite les limites. La religion ne voit pas deux camps s’opposer pour la victoire. On tire tous à la même corde. » Dans la vie comme dans les gradins, la religion chrétienne revêt vite le rôle de superstition. « Or si Dieu existe, il n’est pas derrière le résultat du match. Les protestants différencient le rationnel du spirituel. La foi ne remplace pas le savoir-faire technique. »

L’ardeur des supporters pendant le match s’accompagne d’une dévotion en dehors, faite d’idoles à l’image du « Dieu Pelé » et de chapelles vouées à Diego Maradona. Les codes religieux sont partout. En Grande-Bretagne, on distingue encore les équipes catholiques en rouge, comme Manchester City, des équipes protestantes en bleu, comme Manchester United. Mais ces signes sont des vestiges du passé, tout comme les cantiques entonnés dans les gradins, « les mélodies sont d’origine, mais les paroles sont profanes ». Le football est aussi révélateur de l’intimité de l’être humain. « Il est un ersatz de la religion comme opium du peuple. » […]

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

En prison, « parler avec des gens est primordial »

Psychiatre dans une maison d’arrêt d’Ile-de-France, Guillaume Monod raconte son travail quotidien dans un milieu où les troubles psychologiques ne sont pas différents d’ailleurs.

Un contenu proposé par Forum protestant

Jeunes en rupture : des vacances pour prendre du plaisir

Alors que le confinement a bouleversé la vie de ces jeunes, les séjours de vacances arrivent comme un vrai bol d’air.

Un contenu proposé par Armée du Salut

Le travail, difficile vecteur d’intégration ?

L'exemple suisse. "A entendre les personnes qui arrivent dans notre pays, il n’est de loin pas le seul facteur".

Un contenu proposé par Réformés

Extension de l’interruption médicale de grossesse

Une loi votée cet été autorise désormais les femmes à avorter jusqu’à 9 mois pour des raisons psycho-sociales. La réaction du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram