Un an après les attentats, comment vivre ensemble

Reportage à Vaulx-en-Velin sur des initiatives permettant de rapprocher les résidents et de lier urbanisme et vie sociale.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 8 janvier 2016

Auteur : Claire Bernole

Un buffet, de la musique et quelques centaines de personnes réunies… C’était un peu la fête avant les fêtes, le 18 décembre, au mas du Taureau, à Vaulx-en-Velin. Un an après les attentats de Charlie Hebdo, le fait de voir autant de personnes partager un moment convivial et serein est une bonne nouvelle. Surtout lorsque l’événement prend place dans l’un des quartiers les plus sensibles de cette banlieue lyonnaise dont l’histoire a été marquée par les émeutes des années 1990.

Sans doute est-ce en grande partie parce qu’à Vaulx-en-Velin on a fait du vivre ensemble une question collective. Une idée qui n’est banale que dans les mots car l’application est loin d’être évidente et sans obstacle. Mais si certains traînent encore un peu les pieds, force est de constater que la municipalité, l’équipe du Grand projet de ville, les communautés religieuses – l’espace protestant Théodore-Monod est particulièrement actif – et le collectif d’architectes sont engagés sur le terrain, notamment afin de favoriser les échanges avec les populations et entre populations. Certes, les voies empruntées peuvent être différentes mais elles se croisent et conduisent potentiellement au même objectif de qualité de vie au sens large. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Vers une évolution de la valeur du travail ?

Entre spectre du chômage et avènement du télétravail les codes sont bousculés. Pour une plus juste place accordée au travail ? Analyse.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

Attentat terroriste : la logique du pire

Le nouvel attentat, perpétré le 16 octobre contre un enseignant, a provoqué un émoi considérable. L'analyse de Frédéric Rognon, professeur de philosophie des religions.

Un contenu proposé par

Travailler malgré son handicap

A 38 ans, Loik qui présente une déficience intellectuelle travaille à l’atelier espaces verts d’un ESAT de l’Armée du Salut, à Artenay (Centre).

Un contenu proposé par Armée du Salut

Notre vie d’après… le Covid

Le monde d’après sera peut-être une société de rapports distancés ou au contraire un monde plus solidaire et reconnaissant ?

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram