Un tour à Bel-Air

Les Journées du patrimoine, les 12 et 13 septembre, vous invitent à la découverte de lieux souvent inaccessibles. Une occasion de mieux connaître ce qui est sous nos yeux.

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 28 août 2015

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

Vous allez dire : « Pourquoi la tour Bel-Air ? » Des bâtiments à caractère religieux ne sont-ils pas mis en évidence par les Journées du patrimoine cette année dans le canton ? L’abbatiale de Payerne, les églises orthodoxes grecque, et russe, voire le château de Chillon avec sa chapelle, alors pourquoi la tour Bel-Air ? Sa construction, dans les années 1930, a fait l’objet d’un vif débat à Lausanne où les arguments religieux ont aussi joué un rôle. Le premier a été le rappel de la tour de Babel. Ce modèle biblique de l’orgueil avide et destructeur des hommes a été servi aux Lausannois dans de nombreux articles des opposants au projet de Bel-Air. Autre argument, encore plus souvent utilisé, celui de la concurrence que la nouvelle construction allait faire à la cathédrale, le bâtiment phare de la ville. Pas seulement par sa hauteur, qui restait inférieure, mais aussi par le symbole qu’elle affichait fièrement, du modernisme et de la réussite économique. La cathédrale qui domine la capitale vaudoise n’en était-elle pas « le couronnement matériel et moral, un hommage rendu au passé, un signe de ralliement, un symbole », comme le clamaient les opposants ?

Cathédrale du commerce

Quelques décennies auparavant, la ville de New York avait vécu des polémiques du même ordre, quand des gratte-ciel avaient commencé à dépasser l’église la plus haute de la ville. Une petite guerre entre monde profane et monde sacré avait été déclenchée dans laquelle la hauteur des édifices devait marquer la victoire. Un promoteur américain avait fièrement surnommé son gratte-ciel « Cathédrale du commerce ». […]

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

L'éthique sexuelle et familiale peut-elle changer selon l'époque ?

L’éthique sexuelle et familiale peut-elle changer ?

En plein débat sur la bioéthique, le pasteur Didier Fiévet, en s’appuyant sur le « Tout est permis » de Paul, et son pendant « mais tout n’est pas utile » , nous invite à vivre dans la confiance.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest
La prostitution est une violence

La prostitution est une violence

Le collectif Abolition 34 souhaite que l’Etat français fasse appliquer la loi du 13 avril 2016 sur l’abolition de la prostitution sur tout le territoire.

Un contenu proposé par Radio FM Plus
Le pape François et les « tueurs à gages »

Le pape François et les « tueurs à gages »

Le pape François a qualifié de « tueurs à gages » les soignants qui procèdent à des avortements. Un scandale pour la pasteure Nathalie Chaumet.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Abonnez-vous à un média protestant !