Une maison de soins palliatifs pas comme les autres

Une maison de soins palliatifs pas comme les autres

À Gardanne, le mot d’ordre est de « faire plaisir » aux résidents.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 12 mars 2015

Auteur : Elise Bernind

À Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône, la règle d’or est de faire plaisir aux patients, qui vivent les derniers moments de leur existence.

Pour la population locale, « La Maison » de Gardanne est une référence. Un endroit « unique », « exemplaire », « avant-gardiste », vous dira-t-on. « On a un train d’avance mais ce qu’on fait, tout le monde peut le faire », corrige Jean-Marc La Piana, le directeur médical et cofondateur de ce centre de soins palliatifs.

Créée il y a vingt ans, La Maison abrite 24 lits, une équipe de 80 personnes dont une trentaine de bénévoles et surtout environ 700 patients par an, atteints de graves maladies. Ces derniers viennent soit en hôpital de jour, soit pour de courts ou moyens séjours. Des équipes mobiles se déplacent également à domicile. « Notre établissement est singulier car nous avons une grande marge de manœuvre », justifie Jean-Marc La Piana. La Maison est en effet une structure autonome, une association qui fonctionne grâce à des subventions publiques, des dons et des legs.

Le mot d’ordre est de « faire plaisir » aux résidents. « Le temps ne se compte pas en quantité mais en qualité. On n’accompagne pas des mourants, mais des vivants. Au-delà de la prise en charge médicamenteuse, on donne envie aux gens de faire encore quelque chose. Et avoir envie jusqu’au bout, c’est être vivant », explique le directeur. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Emmanuelle Charpentier, prix Nobel de chimie 2020

Emmanuelle Charpentier et Jennifer A. Doudna ont été récompensées par le comité Nobel pour leurs travaux sur la génétique.

Un contenu proposé par

Il y a 140 ans, l’Armée du Salut naissait en France

Présente en France depuis plus d'un siècle, l'Armée du Salut témoigne au fil de son histoire de sa volonté d'en finir avec la grande pauvreté.

Un contenu proposé par Campus protestant

La noblesse d’un métier mal considéré

La dépréciation du métier d'enseignant est un signal assez inquiétant sur l'état de notre société. La réaction du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

SOS Amitié : un mal, des mots, une trajectoire

Très proche des milieux protestants, SOS Amitié aurait pu être une œuvre d’Église.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram