Victimes du Mediator : le temps presse

Victimes du Mediator : le temps presse

Irène Frachon, la pneumologue qui avait fait éclater le scandale du médicament des laboratoires Servier, se mobilise pour que l’indemnisation des victimes s’accélère. Elle a lancé le Manifeste des 30.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 15 octobre 2015

Auteur : Alexandre Mendel

Réglée, oubliée, enterrée. Il n’y a plus d’affaire. Les journalistes ont remballé micros et caméras. Le scandale s’est évaporé, l’indignation médiatique, suspendue. Le laboratoire Servier et les victimes de l’Isoméride et du Mediator sont désormais seuls, dans des face-à-face invisibles, loin des plateaux télé. Dans le secret des calculatrices, des évaluations, des expertises et contre-expertises. Dans le secret de la souffrance des milliers de malades et des tractations entre avocats. Alors Irène Frachon est revenue à la charge, brisant la loi du silence, avec la même opiniâtreté que lorsqu’elle avait révélé le scandale du Médiator. Le combat de la célèbre – et protestante­ – pneumologue brestoise mobilisée contre le pire scandale sanitaire français depuis 2007 a pris, depuis cet été, une tournure plus collective encore, avec le Manifeste des 30.

Façon polie mais ferme de rappeler le célèbre industriel à ses obligations d’indemnisation et de transparence. Le texte a été signé par nombre d’intellectuels, souvent issus du monde universitaire. Et non des moindres : Michel Serres, Pierre Le Coz, Axel Kahn, Israël Nisand pour n’en citer que quelques-uns. Le manifeste est à la fois un texte appelant « solennellement les médecins, soignants et leurs instances représentatives à réévaluer la pertinence des liens les unissant au laboratoire Servier, et à vérifier si ces partenariats sont compatibles avec les principes fondamentaux de la déontologie médicale » et un site Internet rempli de témoignages édifiants et de documents accablants. De quoi agacer Servier.

Briser le silence

« Il y a eu une stratégie d’étouffoir. Servier avait toujours promis réparation mais en minimisant sa responsabilité. Et, après la mort de Jacques Servier, en 2014, son successeur Olivier Laureau s’est engagé dans les mêmes termes, explique Irène Frachon. Au départ, entre 2012 et 2013, le collège d’experts de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam) avait beaucoup sous-évalué les déficits [les conséquences délétères sur la santé des patients, ndlr], ce qui arrangeait bien Servier en nourrissant son déni. »

Résultat : des plaignants floués et des dossiers traités dans l’iniquité pendant deux ans tandis que Servier fait valoir 1 300 offres d’indemnisation. « Mais ce bilan global confond deux périodes : la sous-évaluation, et le réajustement après 2014. Pour la première période, nous avons été entendus et la loi de santé, qui sera votée dans quelques semaines, va permettre de rouvrir certains dossiers et rectifier le tir si besoin. » Problème : Servier refuse maintenant certaines indemnisations, plus élevées, évaluées depuis 2014. Quant au civil, « Servier n’a réglé que 25 % des dossiers », s’indigne Irène Frachon qui veut « briser l’omerta ». En juin, « après les premiers refus de payer », la pneumologue « a eu envie de frapper fort dans la torpeur de l’été ». […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Le message de Noël du colonel Daniel Naud

Le message de Noël du colonel Daniel Naud

Le supérieur de la congrégation et le président de la fondation vous partage ses vœux pour un monde plus fraternel et solidaire.

Un contenu proposé par Armée du Salut
Les mots libèrent

Les mots libèrent

Découvrez l'édito du numéro de Janvier d’Évangile et liberté dont le dossier de Une est consacré au libéralisme.

Un contenu proposé par Évangile et liberté
Le palmarès des contenus en 2018

Le palmarès des contenus en 2018

12 mois, 12 contenus de médias protestants relayés sur Regards protestants et plébiscités par les internautes. Découvrez la liste des contenus les plus cliqués en 2018 !

Un contenu proposé par Regards protestants

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Réforme est un hebdomadaire protestant d’actualité, né en 1945 de la Résistance. Consciente de cet héritage, l’équipe du journal souhaite se dégager de l’instantanéité de l’information pour décrypter, analyser, prendre de la distance face à un monde de plus en plus complexe.

logo

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants