Vivre avec Alzheimer
Témoignage

Vivre avec Alzheimer

Il m’a fallu plusieurs mois pour me décider à écrire cet article, sollicité par plusieurs amis, et je n’ai pu me résoudre à le rédiger en m’exprimant à la première personne…

Un contenu proposé par Christianisme social

Publié le 27 avril 2020

Lire directement l’article sur Christianisme social

« Presque toi, presque moi », chante, avec justesse, Alain Souchon : il existe toujours un écart entre la réalité empirique, infinie, insondable en tant que telle, et l’univers du langage qui veut la maîtriser. Paradoxalement, je ressens davantage cette non-coïncidence quand il s’agit d’aborder un sujet « vécu » que lorsque je présente mes recherches. La solution a consisté à ressusciter le double que je m’étais inventé lors de mon adolescence, quand j’étais « poète » ! J’avais appelé cet autre moi-même Mag, je ne sais trop pourquoi. Mais j’en ai compris le sens, quelques années plus tard, en découvrant dans Molloy, l’admirable roman de Samuel Beckett, ces deux phrases : « Moi, je l’appelais Mag, quand je devais lui donner un nom. Et si je l’appelais Mag c’était qu’à mon idée sans que j’eusse su dire pourquoi, la lettre g abolissait la syllabe ma, et pour ainsi dire crachait dessus, mieux que tout autre lettre ne l’aurait fait. »

Comment mieux exprimer l’ambivalence, la part d’ombre de tout être humain ? De plus, le fait que Mag soit un prénom féminin, était, a posteriori, loin de me déplaire. Voici donc un nouvel épisode des aventures de « Mag ». Les doutes de Mag commencèrent en 2013, lors d’un énième séjour à Florence. Manifestement, son épouse se comportait comme si elle voyait le dôme pour la première fois ou n’avait jamais visité le musée des Offices. Elle dut, elle-même, ressentir ses trous de mémoire, voulut se rassurer et, en fait, les lui rendit plus perceptibles en prétendant reconnaître les vitraux, les statues, l’orgue d’une église nouvellement découverte. Semblable attitude se généralisa par la suite : ainsi, après une balade en […]

Lire la suite sur Christianisme social

Dans la même rubrique...

Pourquoi faut-il prendre soin des garçons ?

Pour aider les filles, il faut aussi prendre soin des garçons. Suite du post sur la tenue républicaine. Les explications d'une ex-proviseur de lycée.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

L’individualisme ne protège pas l’individu

Une réflexion proposée par Angelika Krause, pasteure à Barbezieux (Charente), membre du Groupe Orsay.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

Les violences conjugales : accompagner les victimes

La théologienne Valérie Duval-Poujol présente son dernier ouvrage co-écrit avec Cosette Fébrissy et Jacques Poujol. Un livre paru aux éditions Empreinte.

Un contenu proposé par Campus protestant

« La foi est indissociable de l’accueil et de l’amour du prochain »

La réaction du groupe interreligieux Abraham, co-animé par le Foyer de la Duchère à Lyon suite à la décapitation de Samuel Paty.

Un contenu proposé par Blog pop