Des livres et vous : « On ne voyait que le bonheur »

Claudine Bugat reçoit Grégoire Delacourt pour « On ne voyait que le bonheur ».

Un contenu proposé par Service radio - FPF

Publié le 2 décembre 2014

Après le succès mondial de La liste de mes envies et de La première chose qu’on regarde, Grégoire Delacourt signe sans doute son roman le plus fort, le plus personnel, sur la violence de nos vies et aussi sur le pardon.

À force d’estimer, d’indemniser la vie des autres, un assureur va s’intéresser à la valeur de la sienne et nous emmener dans les territoires les plus intimes de notre humanité. Construit en forme de triptyque, « On ne voyait que le bonheur » se déroule dans le nord de la France, puis sur la côte ouest du Mexique. Le dernier tableau s’affranchit de la géographie et nous plonge dans le monde dangereux de l’adolescence, qui abrite pourtant les plus grandes promesses.

Éditions : JC Lattès. Collection : Littérature française.
Prix public : 19.00 €, 360 pages.

Dans la même rubrique...

Mozart, la beauté transfigurée

Mozart, la beauté transfigurée

Pourquoi j'aime Mozart ? Parce que toute la musique de Mozart ne dit qu'une chose : la liberté fondamentale de l'amour.

Un contenu proposé par Radio FM Plus
La Fabrique du luxe

La Fabrique du luxe

Pour mieux comprendre le rôle des marchands merciers, l’une des corporations parisiennes les plus importantes au XVIIIe siècle, rendez-vous au musée Cognacq-Jay jusqu'au 27 janvier 2019.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville
Appelés à la liberté

Appelés à la liberté

Un parcours catéchétique pour tous les âges (dès 4 ans et jusqu'aux adultes) sur le thème de la liberté de conscience.

Un contenu proposé par Éditions Olivétan

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Service radio – FPF

Le Service radio de la fédération protestante de France produit le Service protestant (émissions cultuelles radiodiffusées sur France Culture le dimanche à 8h30).

Derniers contenus du partenaire