Des livres et vous : « On ne voyait que le bonheur »

Claudine Bugat reçoit Grégoire Delacourt pour « On ne voyait que le bonheur ».

Un contenu proposé par Service radio - FPF

Publié le 2 décembre 2014

Après le succès mondial de La liste de mes envies et de La première chose qu’on regarde, Grégoire Delacourt signe sans doute son roman le plus fort, le plus personnel, sur la violence de nos vies et aussi sur le pardon.

À force d’estimer, d’indemniser la vie des autres, un assureur va s’intéresser à la valeur de la sienne et nous emmener dans les territoires les plus intimes de notre humanité. Construit en forme de triptyque, « On ne voyait que le bonheur » se déroule dans le nord de la France, puis sur la côte ouest du Mexique. Le dernier tableau s’affranchit de la géographie et nous plonge dans le monde dangereux de l’adolescence, qui abrite pourtant les plus grandes promesses.

Éditions : JC Lattès. Collection : Littérature française.
Prix public : 19.00 €, 360 pages.

Dans la même rubrique...

Compartiment n°6… accueillir la rencontre

Une jeune finlandaise prend un train à Moscou pour se rendre sur un site archéologique en mer arctique. Elle est contrainte de partager son compartiment avec un inconnu.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Oscar Cullmann (1902-1999)

Oscar Cullmann est un des grands théologiens protestants du XXe siècle. Spécialiste du Nouveau Testament, il participe activement au dialogue œcuménique avec l’Église catholique.

Un contenu proposé par Musée protestant

Penser l’architecture, penser la ville

La biennale de l’architecture s’est ouverte à Venise et sera visible jusque fin novembre.

Un contenu proposé par Esprit de liberté

Jean-Luc Marion, philosophe doué de foi

Tandis que le commentaire de l’actualité politique bat son plein, rencontre avec un philosophe qui porte un regard intense et critique sur notre temps.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

UN CONTENU PROPOSÉ PAR