Des livres et vous : « Le dernier salaire »

Claudine Bugat reçoit Margaux Gilquin pour « Le dernier salaire », le témoignage d'une femme qui affronte la crise de l'emploi.

Un contenu proposé par Service radio - FPF

Publié le 30 avril 2016

En France, les femmes de plus de 50 ans subissent de plein fouet la crise de l’emploi. Sans travail, sans reconnaissance, avec moins de 500 euros par mois, elles vivent avec la peur permanente de terminer leur existence dans la rue.

Margaux a 48 ans lorsqu’elle perd son emploi. Elle a pourtant tout fait, dans sa vie, pour obtenir une belle situation, passant son bac à plus de trente ans. Tout le monde lui dit qu’elle n’aura aucun mal à retrouver un contrat à durée indéterminée. Mais c’est un voyage éprouvant qui commence…

Elle affronte l’arrogance de jeunes DRH, se perd dans les rendez-vous de Pôle emploi, accepte tout ce qui se présente, tracte son CV dans les aéroports, joue les démonstratrices dans des supermarchés, se démenant pour garder la tête haute et l’estime d’elle-même.

Alternant humour corrosif, tristesse et colère, Margaux se bat pour ne pas recevoir un jour son « dernier salaire ».

Dans la même rubrique...

Le Covid : le virus qui cristallise les tensions

Il est difficile en ce moment de garder une position « de bon sens » entre les complotistes et les ultra-sécuritaires tant les incohérences et les hostilité dominent.

Un contenu proposé par Forum protestant

Procès des attentats du 13-Novembre : l’incompréhension des proches de terroristes

La semaine dernière, les pères de deux terroristes du Bataclan ont témoigné devant la cour d’assises spéciale de Paris

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Monseigneur Aupetit et Paris Match : vers une seconde affaire ?

Monseigneur Michel Aupetit envisage de poursuivre en justice le journal Paris Match suite à la parution d’un article le 9 décembre, intitulé « Monseigneur Aupetit, perdu par amour ».

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Les détenus auteurs de violences sexuelles et la question du suicide

Les auteurs d’agressions sexuelles sont considérés comme des monstres prédateurs, qui ne suscitent aucune empathie.

Un contenu proposé par Aumônerie protestante des prisons