Crucifixion et mort de Jésus (Marc 15, 21-41)

Dans la série « Les protestants lisent la Bible », Daniel Marguerat analyse le texte biblique Marc 15, 21-41

Un contenu proposé par Meromedia

Publié le 30 mars 2013

Marc, 15, 21-41 : Crucifixion et mort de Jésus

21 Ils réquisitionnent pour porter sa croix un passant,
qui venait de la campagne, Simon de Cyrène,fa
le père d’Alexandre et de Rufus.

22 Et ils le mènent au lieu-dit Golgotha,
ce qui signifie lieu de Crâne.

23 Ils voulurent lui donner du vin mêlé de myrrhe,
mais il n’en prit pas.

24 Ils le crucifient, et ils partagent ses vêtements,
en les tirant au sort pour savoir ce que chacun prendrait.

25 Il était neuf heures quand ils le crucifièrent.

26 L’inscription portant le motif de sa condamnation
était ainsi libellé : « Le Roi des Juifs ».

27 Avec lui, ils crucifient deux bandits,
l’un à sa droite, l’autre à sa gauche.

[28…] 29 Les passants l’insultaient hochant la tête
et disant : « Hé ! Toi qui détruis le sanctuaire
et le rebâtis en trois jours, 30 sauve-toi toi-même
en descendant de la croix. »

31 De même, les grands prêtres, avec les scribes,
se moquaient entre eux : « il en a sauvé d’autres,
il ne peut pas se sauver lui-même !

32 Le Messie, le roi d’Israël, qu’il descende maintenant
de la croix, pour que nous voyions et que nous croyions ! »
Ceux qui étaient crucifiés avec lui l’injuriaient.

33 A midi, il y eut des ténèbres sur toute la terre
jusqu’à trois heures.

34 Et à trois heures, Jésus cria d’une voix forte :
« Eloï, Eloï, lama sabaqthani ? » ce qui signifie :
« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as du abandonné ? »

35 Certains de ceux qui étaient là disaient,
en l’entendant : « Voilà qu’il appelle Elie ! »

36 Quelqu’un courut, emplit une éponge de vinaigre
et, la fixant au bout d’un roseau, il lui présenta à boire
en disant : « Attendez, voyons si Elie va venir le descendre de là. »

37 Mais, poussant un grand cri, Jésus expira.

38 Et le voile du sanctuaire se déchira en deux
du haut en bas.

39 Le centurion qui se tenait devant lui,
voyant qu’il avait ainsi expiré, dit :
« Vraiment, cet homme était Fils de Dieu. »

40 Il y avait aussi des femmes qui regardaient
à distance, et parmi elles Marie de Magdala, Marie,
la mère de Jacques le Petit et de José, et Salomé,

41 qui le suivaient et le servaient quand il était
en Galilée, et plusieurs autres qui étaient montées
avec lui à Jérusalem.

L’analyse de Daniel Marguerat

Daniel Marguerat : « Nous voici devant l’un des récits les plus dramatiques de l’Évangile : c’est le récit de la mort et de l’agonie de Jésus. Ce récit est très ancien, il a été écrit vraisemblablement 10 ans, du moins dans la décennie qui a suivi la mort de Jésus à Jérusalem. Et les premiers chrétiens, qui évidemment disposaient de très peu d’éléments, là encore les disciples avaient fui, il y a eu peu de témoins de cette mort, ont, à partir des briques de mémoire, recomposé un récit. Et ils l’ont recomposé avec des élément qui voulaient dire en même temps quel était le sens de cette mort. […]

Cette vidéo fait partie de la série : Des protestants lisent la Bible
Séquence tournée dans le scriptorium de l’abbaye bénédictine de Maredsous (Belgique)
Réalisation : Spirit of Event – Guy Rainotte
Production : Meromedia – Isabelle Fiévet-Rossignol

Dans la même rubrique...

Les sociétés bibliques dans les années 60

Durant cette décennie, les Sociétés bibliques multiplient par quatre la diffusion biblique dans le monde.

Un contenu proposé par Alliance biblique française (ABF)

Comment reconnaître la « voix » de Dieu ?

Comment être sur que c’est sa "voix" qui nous parle ? La réponse d'un théologien.

Un contenu proposé par 1001questions.fr

Les contes de fées, un genre chrétien ?

Découvrez l'édito signé Michaël de Luca pour le numéro 119 de la revue Hokhma.

Un contenu proposé par Hokhma

L’Eglise naissante : une dynamique à revisiter

Alors que nos communautés sont en perte de vitesse, le bibliste Simon Butticaz (UNIL) étudie le premier siècle de l’Eglise. Un modèle à reprendre?

Un contenu proposé par Réformés

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Meromedia

Meromedia a assuré entre 1986 et 2016 la production de films, vidéos et applications interactives : des vidéos de catéchèse, des dessins animés sur la Bible, des portraits, des vidéos sur l’histoire du protestantisme… Un grand nombre de ces vidéos est disponible sur sa chaîne YouTube.

Les principaux contenus de Meromedia sont visibles depuis septembre 2017 sur la plateforme vidéo Campus protestant.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants