La conception de la Cène pour les protestants

Un décryptage théologique de Nicola Stricker.

Un contenu proposé par Meromedia

Auteur : Nicola Stricker

Publié le 2 avril 2013

Les articles 18 à 20 traitent de la conception de la Cène. Les Luthériens enseignent la consubstantiation, selon laquelle le corps et le sang de Jésus sont présents dans, sous et avec le vin et le pain, au lieu d’être transformés en pain et en vin, selon la doctrine catholique de la transsubstantiation. Comme le Christ est réellement présent dans les espèces. Les Luthériens affirment la mandication des impies, en renvoyant à la Première épître aux Corinthiens, chapitre 11, versets 27 et 29 : « C’est pourquoi celui qui mangera le pain et boira la coupe du Seigneur indignement sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur, car celui qui boit et mange sans discerner le sang et le corps du Seigneur mange et boit un jugement contre lui-même. » Les réformés qui se réclament de Calvin préfèrent ne pas enfermer la présence du Christ dans les espèces, en fait c’est un reproche fait aux luthériens. La présence du Christ est bien réelle, mais en fait nous sommes en communion avec son corps et son sang, à travers l’Esprit Saint. Par rapport à la Cène, la formulation commune proposée par la Concorde de Leuenberg est la suivante : « dans la Cène, Jésus christ, le ressuscité, s’offre lui-même en son corps et en son sang, donnés pour tous par la promesse de sa parole, avec le pain et le vin. » On retient la formule avec le pain et le vin, mais on évite de donner un lieu à la présence du Christ. On ne dit pas que le corps et le sang sont dans et sous les espèces, mais on ne dit pas non plus, au sens réformé, que nous sommes en communion spirituelle avec le corps glorifié resté au Ciel.

Ainsi, c’est l’idée d’une présence personnelle qui prime. Celle-ci peut être pensée comme présence spirituelle à la manière réformée et comme présence corporelle à la manière luthérienne. D’ailleurs, la Concorde souligne que toute considération du mode de présence dans la Cène risque d’obscurcir le sens de la Cène. Il suffit de savoir que le Christ est présent lorsque nous participons à la Cène.

Dans la même rubrique...

Sainte colère, Jacob, Job, Jésus

Se basant sur l'observation de quelques figures bibliques mythiques, la philosophe et théologienne suisse met en avant les aspects bénéfiques de la colère, une émotion souvent décriée. Une nouvelle édition de l'ouvrage paru pour la première fois en 2002.

Un contenu proposé par LibreSens

Genre ou talent ?

Rose-Marie Erb nous propose des idées glanées autour de cette question : est-il possible que Dieu accorde des dons aux femmes et qu’il interdirait par la suite leur exercice dans l’Église ?

Un contenu proposé par Servir ensemble

En quoi vraiment l’avènement du Christ est pour tous une bonne nouvelle ?

Qu’est-ce qui change concrètement par rapport à l’Ancien Testament ? La réponse d'un théologien.

Un contenu proposé par 1001questions.fr

Faut-il croire aux démons ?

Les démons sont bien présents dans la Bible, mais ils désignent avant tout l’incapacité des hommes à reprendre leur vie en main. Explications du pasteur Louis Pernot.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Meromedia

Meromedia a assuré entre 1986 et 2016 la production de films, vidéos et applications interactives : des vidéos de catéchèse, des dessins animés sur la Bible, des portraits, des vidéos sur l’histoire du protestantisme… Un grand nombre de ces vidéos est disponible sur sa chaîne YouTube.

Les principaux contenus de Meromedia sont visibles depuis septembre 2017 sur la plateforme vidéo Campus protestant.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants