La guérison de l’aveugle Bartimée (Marc 10, 46-52)

Dans la série « Les protestants lisent la Bible », Daniel Marguerat analyse le texte biblique Marc 10, 46-52.

Un contenu proposé par Meromedia

Publié le 22 août 2013

Marc 10, 46-52 : La Guérison de l’aveugle Bartimée

46 Ils arrivèrent à Jéricho.
Comme Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples
et une assez grande foule,
l’aveugle Bartimée, fils de Timée,
était assis au bord du chemin en train de mendier.

47 Apprenant que c’était Jésus de Nazareth,
il se mit à crier : « Fils de David, Jésus, aie pitié de moi ! »

48 Beaucoup le rabrouaient pour qu’il se taise,
mais lui criait de plus belle :
« Fils de David, aie pitié de moi ! »

49 Jésus s’arrêta et dit : « Appelez-le. »
On appelle l’aveugle, on lui dit :
« Confiance, lève-toi, il t’appelle. »

50 Rejetant son manteau,
il se leva d’un bon et il vint vers Jésus.

51 S’adressant à lui, Jésus dit :
« Que veux-tu que je fasse pour toi ? »
L’aveugle lui répondit :
« Rabbouni, que je retrouve la vue ! »

52 Jésus dit : « Va, ta foi t’a sauvé. »
Aussitôt il retrouva la vue
et il suivait Jésus sur le chemin.

L’analyse de Daniel Marguerat

« Nous avons là un récit miracle, c’est la guérison de l’aveugle Bartimée par Jésus. Les récits de miracle dans le nouveau testament, comme d’ailleurs dans les écritures juives, sont racontés toujours de la même manière.

On commence par présenter les personnages et puis on annonce ce qu’on appelle la détresse du personnage. Ici, c’est une détresse particulièrement corsée : il est aveugle, Bartimée, il est assis, est au bord du chemin et est en train de mendier. C’est vraiment l’exemple même de la marginalité.Il est là, au bord de la route, et le cortège de Jésus et ses disciples, sortant de Jéricho, passe. Souvenez-vous de ça, parce qu’on va voir qu’à la fin, tout va se renverser, tout va basculer pour lui dans le bon sens.

Ensuite, c’est le dialogue entre Jésus et le malade.Là, ce dialogue a de la peine à se nouer parce que Bartimée dit d’abord : « Fils de David, Jésus, aie pitié de moi ! », donc il appelle Jésus qui est en train de passer sur le chemin avec son groupe de disciple et quelques personnes autour, ça fait du bruit. Mais en fait, des gens le font taire, il dérange, on lui dit de rester sur le côté et de se taire. Mais lui, il s’obstine : « Fils de David, aie pitié de moi ! », il le répète. Alors Jésus dit à ceux qui l’entourent de l’appeler. Et lorsque Bartimée arrive auprès de lui, Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? ». Il répond : « Rabbouni, que je retrouve la vue ! ».

Et que se passe-t-il alors à l’extrémité du récit ? Vous voyez que ce qui a été dit de la détresse du personnage va s’inverser. C’est-à-dire que l’aveugle Bartimée n’est plus aveugle, il a retrouvé la vue. Il n’est plus assis au bord du chemin, il suit Jésus sur le chemin et il n’est plus nécessaire pour lui de mendier parce que aveugle, sa seule manière de subsister était de mendier.

Vous l’avez peut-être remarqué, en écoutant le texte, il y a une seule chose qui n’est jamais raconté dans le récit. Et ce qui n’est pas raconté, c’est le miracle. C’est un récit de miracle et la seule chose qu’on ne dit pas, c’est comment Jésus s’y prend. Et par quel geste, par quelle manipulation, par quelle parole Bartimée a-t-il retrouvé la vue. C’est étrange quand même. Pourquoi ne le raconte-t-on pas? Ça veut dire qu’en fait, ce n’est pas la manipulation qui est importante, c’est ce qui se produit, c’est-à-dire c’est ce que devient la personne, l’individu. Et justement, on voit Bartimée passer d’un statut d’objet, il est posé là, au bord du chemin comme une sorte de tas de guenilles, et c’est un homme debout sur le chemin qui va suivre Jésus. Le miracle, c’est n’est pas seulement le fait qu’il retrouve la vue. Le miracle, c’est qu’il devient un homme capable d’être debout, capable de suivre Jésus sur le chemin, de devenir disciple, de devenir acteur de sa vie.

Et comment ça se passe ce miracle, au fond, d’un homme qui devient lui-même, qui devient le maître de sa vie ? Jésus dit à ceux qui veulent le faire taire parce qu’il dérange : « Appelez-le. ». Non pas « Je l’appelle », mais « Appelez-le. ». C’est donc la foule et donc les disciples, qui d’abord le mettaient à distance, qui vont l’appeler et le faire venir vers Jésus. […]

Cette vidéo fait partie de la série : Des protestants lisent la Bible
Séquence tournée dans le scriptorium de l’abbaye bénédictine de Maredsous (Belgique)
Réalisation : Spirit of Event – Guy Rainotte
Production : Meromedia – Isabelle Fiévet-Rossignol

Dans la même rubrique...

Le Nouveau Testament

Le Nouveau Testament

Réalisée par Antoine Nouis, cette édition intégralement commentée verset par verset, offre au lecteur l’outil de référence indispensable pour appréhender les Écritures.

Un contenu proposé par Éditions Olivétan
Hackmybible : un sprint créatif et numérique autour de la Bible

Hackmybible : un sprint créatif et numérique autour de la Bible

Du 28 au 30 septembre 2018, 75 personnes venues de plusieurs pays se mettront dans la peau d’un super inventeur et réfléchiront en équipe à la Bible de demain.

Un contenu proposé par Alliance biblique française (ABF)

Que faire de nos pulsions de vengeance ?

Une prédication de Florence Blondon, pasteure de l'Eglise protestante unie de l'Etoile.

Un contenu proposé par Église de l’Etoile

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Meromedia

Meromedia a assuré entre 1986 et 2016 la production de films, vidéos et applications interactives : des vidéos de catéchèse, des dessins animés sur la Bible, des portraits, des vidéos sur l’histoire du protestantisme… Un grand nombre de ces vidéos est disponible sur sa chaîne YouTube.

Les principaux contenus de Meromedia sont visibles depuis septembre 2017 sur la plateforme vidéo Campus protestant.

Derniers contenus du partenaire