L’Écriture seule

La connaissance de Dieu se trouve dans l’Écriture, nous n'avons pas besoin de l’Église pour interpréter l’Écriture. En revanche, c'est l’Écriture qui détermine l’Église.

Un contenu proposé par Meromedia

Auteur : Nicola Stricker

Publié le 7 février 2013

Pour Luther, le Christ est le point mathématique de l’Ecriture, c’est-à-dire ce qui crée son unité, la clé qui ouvre l’Ecriture. Même si 600 versets s’expriment en faveur de la justice des œuvres, ils ne confondront pas celui qui a compris le véritable message de l’Ecriture, à savoir, le Salut par la foi seule.

Valérie Duval-Poujol : « Le principe qui me touche le plus chez les protestants, c’est Sola Scriptura, l’Ecriture seule. C’est l’Ecriture qui est notre référence et notre nourriture. »

Marie-José Mare : « Je pense que si on n’avait pas la Parole de Dieu, on serait pauvre. Cette Parole nous apporte des éléments qui, mis bout à bout nous permettent d’avancer dans la connaissance de Dieu et dans la connaissance des autres, qui partagent la même foi. »

Nicola Stricker : « J’aimerais rebondir sur cette idée selon laquelle, notre connaissance de Dieu est pauvre. Cela rejoint une idée réformatrice — nous ne trouvons pas la connaissance de Dieu et de nous-même en nous-même, mais il faut que nous nous mettions à l’école de l’Ecriture. J’ajouterais qu’à travers l’Ecriture, nous n’avons pas seulement une meilleure connaissance des autres qui partagent la même foi que nous, mais vraiment de l’être humain.L’Ecriture nous enseigne ce que nous sommes, nous, en tant qu’homme pécheur et en tant qu’homme sauvé. »

Marianne Guéroult : « Quand on fait ces rencontres entre Eglises, si on est trop en désaccord théologique, si on ne sait pas sur quoi on va pouvoir s’appuyer, il y a au moins une chose que l’on a en commun, c’est la Parole que Dieu nous a donnée. Et du coup, nous retournons à cette parole. Cette Parole, on peut la lire, selon nos diverses cultures, selon nos diverses appartenances théologiques, selon nos conditions de vie. Que l’on ait une vie médiocre ou réussie, on peut lire cette Parole, elle a quelque chose à nous dire. »

N. S. : « Il y a deux choses que je retiendrais : l’idée que nous pouvons interpréter de manière différente la Bible, ça ouvre une richesse quant à la manière de rencontrer Dieu. D’autre part, ça pose aussi problème, car les interprétations peuvent être contraires. Ce problème est accentué par le fait que nous n’avons pas tous le même rapport à la Bible. Il y a encore aujourd’hui des protestants qui pensent que la Bible est infaillible, c’est-à-dire qu’elle dit vrai dans tout ce qu’elle dit, qui prennent la Bible à la lettre. Et il y a les protestants, que je dirais « éclairés », pour qui les textes bibliques posent problème, car les récits ne racontent pas des faits historiques, parce que nous avons du mal à croire les récits des miracles, qui sont confrontés à la nécessité d’interpréter la Bible, de trouver une manière d’en tirer quelque chose. »

Cette vidéo fait partie de la série : Les grands principes du protestantisme, par la théologienne Nicola Stricker
Réalisation : JMAGE – Jeremy Frey
Production : JMAGE – Maud Lambert
Diffusion : Meromedia – Isabelle Fiévet-Rossignol

Dans la même rubrique...

Peut-on considérer les mormons comme chrétiens ?

Même si elle reconnaît à Jésus-Christ une place centrale dans le plan de Salut de Dieu, cette Église peut-elle être considérée comme faisant partie de la grande famille chrétienne ?

Un contenu proposé par 1001questions.fr

Que contient le livre de l’Apocalypse ? (2/2)

Dernier livre du Nouveau Testament, le livre de l'Apocalypse rappelle, sous une forme symbolique, que le message de Christ est un message d'espérance pour tous les croyants de tous les temps.

Un contenu proposé par Campus protestant

B comme beauté

La beauté n’est pas contrainte par des canons qui la définissent. C’est le regard de Dieu qui nous apprend à voir la beauté que le monde ne voit pas. La beauté c’est voir le bon, voir le vivant sous toutes ses formes.

Un contenu proposé par Campus protestant

Question théologique : le foot est-il de l’idolâtrie ?

Chaque semaine Réforme invite deux intervenants à répondre à une question théologique ou éthique. Cette semaine : le foot est-il de l’idolâtrie ?

Un contenu proposé par Réforme

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Meromedia

Meromedia a assuré entre 1986 et 2016 la production de films, vidéos et applications interactives : des vidéos de catéchèse, des dessins animés sur la Bible, des portraits, des vidéos sur l’histoire du protestantisme… Un grand nombre de ces vidéos est disponible sur sa chaîne YouTube.

Les principaux contenus de Meromedia sont visibles depuis septembre 2017 sur la plateforme vidéo Campus protestant.

Derniers contenus du partenaire