Je suis protestant : Marie-José Maré, Evangélique

« Moi j'ai été élevée dans la foi protestante et pour moi, Dieu, c'est la personne qui me connaît le mieux. Il faut l'accepter. Je pense qu'il me connaît mieux que moi-même. »

Un contenu proposé par Meromedia

Publié le 2 mai 2013

« Moi j’ai été élevée dans la foi protestante et pour moi, Dieu, c’est la personne qui me connaît le mieux. Il faut l’accepter. Je pense qu’il me connaît mieux que moi-même. Voilà, ça c’est quelque chose de sûr. Ensuite, pour moi, Dieu, c’est une notion très spéciale puisque c’est quand même le créateur, Dieu le créateur, Dieu le Père. Il a plusieurs aspects, mais c’est un tout. C’est un accompagnateur, mais c’est plus que ça. C’est le Dieu souverain, c’est le Dieu qui a permis aussi que je sois sauvée. Voilà.

Dire qu’il n’y a pas de doutes, c’est chaud. On ne peut pas dire comme ça qu’il n’y a pas de doutes, ce n’est pas possible. Il y a bien sûr des périodes où on se dit-je l’ai pensé- : « Si après tout, tout ça, ce n’était pas vrai ». Là, on est mal pendant quelques instants. Parallèlement, on vit tellement de choses, tellement de réponses de Dieu, etc. Ils se passent tellement de trucs à côté qu’on se dit : « Ça ne peut pas ne pas être vrai ». Donc on n’est pas convaincu.

Je pense que j’ai gardé quand même une foi d’enfant parce que je trouve que les enfants s’émerveillent et il faut garder ça sinon c’est un petit peu dommage si on devient trop intello ou trop théologien. Il faut garder un petit peu cette foi d’enfant. Ce n’est pas une foi bête, c’est une foi qui demande aussi quelques exigences, qui demandent aussi des réponses. Et ces réponses, il faut aller les chercher aussi.

Alors, j’ai peur de la mort dans la mesure où c’est une rupture avec ce que je connais, les gens que j’aime et je me dis que si je meurs demain, si je me vois partir, cela me fera flipper de ne plus voir mes enfants, mon mari, ma famille et mes amis. Ce qui me titille, c’est la notion d’éternité, j’ai du mal avec la notion d’éternité. Imaginez un truc qui ne finit jamais, jamais, etc. Je n’arrive pas à capter l’éternité. C’est peut-être effectivement qu’on est sur la terre, on est humain et à chaque fois, toute chose à sa fin. Et du coup, c’est une notion importante. Moi, c’est plus ça qui me titille, c’est l’éternité.

J’aime bien dans la Bible les actes justement, quand on parle de la vie de ces premiers chrétiens, ça me parle beaucoup. Et sinon, il y a un texte qui est peut-être en phase avec ce que je vous ai déjà confié, c’est : « Quiconque entendra le nom du Seigneur sera sauvé ». Pour moi, ça, c’est déjà énorme. Ça veut dire n’importe qui. Puis après le texte va un peu plus loin. Il dit : « Mais comment croiront-ils si ils n’en ont pas entendu parler ? Et comment l’entendront-ils parlé s’il n’y a personne qui l’annonce ? ». Je résume, ce n’est pas tout à fait ça, mais l’idée, c’est un peu ça, à savoir que eh bien, il faut parler de Dieu. Je trouve que c’est plein d’espoir. »

Cette vidéo fait partie de la série : Je suis protestant
Réalisation : JMAGE – Jeremy Frey
Production : JMAGE – Maud Lambert
Diffusion : Meromedia – Isabelle Fiévet-Rossignol

Dans la même rubrique...

Valeurs éthiques et principes chrétiens contre le harcèlement sexuel !

Harcèlement sexuel sur le lieu du travail. Le sujet est à la mode, mais le problème est vieux comme le monde et les chrétiennes n’y échappent pas.

Un contenu proposé par SpirituElles
Parole d’étudiante : Claire Guénon des Mesnards témoigne

Parole d’étudiante : Claire Guénon des Mesnards témoigne

Claire Guénon des Mesnards est étudiante en Master 2 à la Faculté de théologie protestante de Montpellier. Elle se destine à devenir pasteure.

Un contenu proposé par Institut protestant de théologie
L’Union de Paris investit sur les jeunes

L’Union de Paris investit sur les jeunes

L’Union chrétienne de jeunes gens de Paris (UCJG, YMCA en anglais) prévoit la restauration intérieure de la maison de la rue de Trévise.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Meromedia

Meromedia a assuré entre 1986 et 2016 la production de films, vidéos et applications interactives : des vidéos de catéchèse, des dessins animés sur la Bible, des portraits, des vidéos sur l’histoire du protestantisme… Un grand nombre de ces vidéos est disponible sur sa chaîne YouTube.

Les principaux contenus de Meromedia sont visibles depuis septembre 2017 sur la plateforme vidéo Campus protestant.

Derniers contenus du partenaire