Je suis protestant : Mireille Akouala, pasteur

« Ma famille est protestante depuis à peu près 1909, l'époque où les missionnaires suédois et norvégiens avaient installé la première station missionnaire au Congo. »

Un contenu proposé par Meromedia

Publié le 28 octobre 2013

« Ma famille est protestante depuis à peu près 1909, l’époque où les missionnaires suédois et norvégiens avaient installé la première station missionnaire au Congo. J’ai suivi mes parents à l’Eglise quand j’étais toute petite et c’est quand j’avais 42 ans que la chose m’est revenue comme une bombe : « tu te souviens, tu voulais me servir, et bien maintenant ça y est, c’est le moment ».

Pendant à peu près une année, je n’ai pas dit à mon mari que j’étudiais la théologie, je lui ai fait croire que je faisais un stage. Il lui a fallu aussi un petit temps pour comprendre, chez lui aussi il y a eu une évolution. Puis, il a été convaincu que j’étais vraiment appelée par le Seigneur.
Un temps fort que je garde en mémoire : c’était après mes 42 ans, j’étais en troisième année de théologie et j’ai fait un service d’obsèques, j’ai prêché et après j’ai chanté, et là, ça a été comme une sorte de révélation. J’ai réalisé que le chant non seulement accompagnait mon ministère, mais que c’était au même niveau que le ministère de la prédication. C’était comme si Dieu me disait : « ta carrière est là avec le Christ, dans la prédication mais aussi dans le chant. »

Alors, les doutes, il y en a, ça fait partie de la foi. Pour moi, il n’y a pas de foi sans doute. Il y a quelques années, j’ai perdu un bébé, elle est née à 5 mois et demi, elle n’a vécu que deux minutes. Et là, ça a été pour moi, un déchirement, j’ai failli devenir folle. Je n’avais plus la notion de foi ou de doute, il n’y avait plus rien. Ce sont les autres qui, à ce moment-là, m’ont portée : mon mari, les paroissiens, ma famille. J’ai été portée par leur foi. Là, même le doute avait disparu, c’était vraiment le terrain vague.

Qu’est-ce qu’il y a après la mort ? Je l’ignore, tout ce que je sais c’est qu’après ma mort, je serai là. Je ne sais pas comment, mais je serai là, je crois à cette capacité de Dieu à me ressusciter. En tous cas, je crois que Dieu fait grâce à tous les hommes, qu’ils soient croyants ou non, agnostiques, peu importe, c’est un Dieu de grâce et d’amour. »

Cette vidéo fait partie de la série : Je suis protestant
Réalisation : JMAGE – Jeremy Frey
Production : JMAGE – Maud Lambert
Diffusion : Meromedia – Isabelle Fiévet-Rossignol

Dans la même rubrique...

Dieu a-t-il un genre ?

Dieu a-t-il un genre ?

Nos projections contribuent à nous donner une image de Dieu sous des traits masculins. Pourtant, Dieu échappe largement à nos définitions humaines.

Un contenu proposé par Signes des Temps
Que signifie la croix huguenote pour les protestants ?

Que signifie la croix huguenote pour les protestants ?

La croix huguenote, apparue un siècle après la Réforme, est un symbole d’appartenance à la communauté protestante.

Un contenu proposé par
Les transitions dans le ministère

Les transitions dans le ministère

Pour un pasteur, quitter son poste actuel pour en rejoindre un autre n’est jamais aisé.

Un contenu proposé par Les cahiers de l’école pastorale

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Meromedia

Meromedia a assuré entre 1986 et 2016 la production de films, vidéos et applications interactives : des vidéos de catéchèse, des dessins animés sur la Bible, des portraits, des vidéos sur l’histoire du protestantisme… Un grand nombre de ces vidéos est disponible sur sa chaîne YouTube.

Les principaux contenus de Meromedia sont visibles depuis septembre 2017 sur la plateforme vidéo Campus protestant.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants