Catholiques et protestants ont échangé à Bordeaux le 6 février

Catholiques et protestants ont échangé à Bordeaux le 6 février

Le débat a réuni une cinquantaine de personnes réparties en 7 petits groupes, à l’initiative du Groupe local du Christianisme social et des Semaines sociales.

Un contenu proposé par Christianisme social

Publié le 25 février 2013

Lire directement l’article sur Christianisme social

Premier temps de l’échange : le mariage entre personnes de même sexe

Au terme de leur réflexion dans 4 groupes se dessine une majorité de personnes favorable à l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe ; les 3 autres sont plus partagés, le mot « mariage » entraînant des réticences ; « union civile » passerait mieux pour eux.

Deuxième temps de l’échange : le rapport à l’enfant, l’adoption, le recours à la PMA

L’ensemble des groupes est sensible à la nécessité de sécuriser le cadre dans lequel sont élevés les enfants de couples de même sexe, de stabiliser les situations de coparentalité en apportant des garanties à l’autre personne élevant l’enfant. Un groupe insiste sur l’importance d’être deux pour élever un enfant ; il trouve préférable l’éducation par un couple de personnes de même sexe à l’éducation par une personne célibataire, remettant en question l’adoption par des célibataires. Apparaît aussi dans les échanges le caractère dangereux de l’expression « droit à l’enfant » … avec le risque d’en faire un objet. L’objectif doit être de donner un milieu familial, de l’affection et de la sécurité à un enfant. Un groupe se questionne sur l’amour entre personnes de même sexe : a-t-il la même dimension qu’au sein d’un couple hétérosexuel ?

Plusieurs groupes trouvent envisageable l’adoption mais en posant les mêmes conditions que pour un couple hétérosexuel, à savoir qu’elle repose sur un projet réfléchi, la volonté d’élever un enfant pour lui-même, et non sur une simple « envie d’enfant »… Les avis sont bien plus contrastés quand il s’agit de la PMA. Deux groupes s’avouent un peu dépassés par le problème et préfèrent renvoyer la question à plus tard ; Deux autres sont très sensibles à la question de l’anonymat du donneur avec le problème de la quête de l’origine pour l’enfant – savoir de qui je viens, qui je suis, dans quelle histoire je suis inscrit – et pour le donneur : quel aboutissement à cette histoire dont je suis partie prenante…

Un groupe parle de « bombe à retardement »… et relève qu’autoriser la PMA devrait, par souci d’égalité pour les couples masculins, conduire à autoriser la GPA. […]

Lire la suite sur Christianisme social

Dans la même rubrique...

De l’autre côté des murs

Jacques Hautbois et Karine Lusseau sont aumôniers au centre de détention de Nantes. Ils témoignent sur leur engagement.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

À Strasbourg, solidaires ensemble avec les étudiants

Grâce à l’initiative de l’aumônerie universitaire protestante et aux dons des paroisses, les étudiants peuvent commander un panier de produits frais et bio pour 1€.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Faire mémoire commune, pas mémoire unique

L'édito du numéro de printemps 2021 d'Olivier Brès, président de la Mission populaire évangélique.

Un contenu proposé par Présence

La création d’un livre : les coulisses

Nicolas Fouquet est l'invité de 5 Colonnes à la Une. Il présente son livre "Parlons mieux !" paru aux éditions BLF en février 2021.

Un contenu proposé par Radio Arc-en-Ciel