Les multiples visages du protestantisme

Les multiples visages du protestantisme

Faire la distinction entre une Eglise évangélique et une Eglise protestante n’est pas toujours évident. Entre mode d’adhésion et organisation, qu’est-ce qui les différencie ? Petit détour historique.

Un contenu proposé par La Vie Protestante

Publié le 10 juin 2013

Auteur : Sarah Scholl

Lire directement l’article sur La Vie Protestante

Les évangéliques font partie intégrante des mouvements issus de la Réforme du XVIe siècle. Cette étiquette désigne – littéralement – les chrétiens les plus proches du texte de l’Evangile, de par leur engagement et leur comportement. Ils peuvent être présents dans les Églises traditionnelles ou avoir fait le choix de fonder de nouvelles communautés pour vivre leur foi, tels les anabaptistes. A leur origine, ils ont souvent été persécutés par les autorités civiles et ecclésiales officielles.

La double présence des évangéliques à l’intérieur et à l’extérieur des Églises protestantes est forte tout au long des siècles, notamment avec les mouvements piétistes*, mais elle est particulièrement prégnante au XIXe siècle. A cette époque, la liberté de religion, de mieux en mieux acceptée par les autorités, permet la diversification du paysage ecclésial. Il est dès lors possible de fonder sa propre communauté selon ses convictions.

De plus, au XIXe siècle, les Églises nationales traditionnelles, l’Église protestante de Genève par exemple, cessent peu à peu de se référer à un corpus de dogmes obligatoires pour les fidèles ou pour les pasteurs. Elles deviennent alors, selon le terme consacré, multitudinistes.

Ouverture doctrinale

Être multitudiniste implique une grande ouverture doctrinale : l’Église accueille ceux qui se déclarent chrétiens sans leur demander les détails de leur croyance. C’est-à-dire aussi bien ceux qui ne croient pas à la trinité ou aux miracles que ceux qui se disent évangéliques et revendiquent une foi missionnaire. L’Église protestante de Genève, en ce sens, est « nationale », nom qu’elle portera jusqu’en 2000 : elle est la communauté de toutes les personnes nées protestantes dans le canton, indépendamment des détails de leur foi.

Dans les années 1810-1830, ce relativisme des dogmes et du rapport à la Bible a révolté une partie des chrétiens qui se constituent alors en Églises séparées. A Genève et ailleurs, on appelle cela le Réveil. Des Églises libres, autonomes, sans financement étatique, ne vivant que des dons de leurs fidèles, se constituent. C’est la naissance du mouvement évangélique moderne. Henry Dunant, le fondateur de la Croix-Rouge, en fera partie.

Adhésion et conversion

Les Églises évangéliques ne sont pas à proprement parler sectaires, mais elles fonctionnent – du moins en théorie – sur le mode de l’adhésion et non de la reproduction d’identités et d’affiliations héritées. Autrement dit, on ne devient membre d’une Église évangélique que si l’on accepte les croyances affirmées par la communauté. Ce qui implique souvent le refus du baptême des enfants.

Tout en prônant une fidélité renouvelée aux Écritures et la nécessité d’une confession de foi, nombre d’évangéliques sont néanmoins restés à l’intérieur de l’Eglise nationale protestante de Genève. Cette dernière a coupé ses liens avec l’État en 1907. Elle est donc devenue elle aussi une Église libre, mais elle est restée multitudiniste. Cette ouverture à la diversité des croyances, accompagnée de réflexions théologiques critiques, reste jusqu’à aujourd’hui l’une de ses caractéristiques principales.

*Le piétisme insiste notamment sur une vivification de la vie des croyants et transcende les divisions entre Églises

Lire la suite sur La Vie Protestante

Dans la même rubrique...

Quand la Bible parle en photos

De ses nombreux voyages, la photographe Christine Preiss rapporte des photos qu'elle fait dialoguer avec des textes de la Bible.

Un contenu proposé par Radio Réveil
(Re)penser la catéchèse

(Re)penser la catéchèse

La région Ouest organise une formation sur la catéchèse le 8 février 2020, à Rennes, Tours et La Rochelle. Une occasion de faire le point sur les enjeux de la catéchèse aujourd’hui.

Un contenu proposé par Église protestante unie de France – Infos
Le temple de la rue Madame fait peau neuve

Le temple de la rue Madame fait peau neuve

A Paris, la communauté du temple de la rue Madame souhaite transmettre son patrimoine tout en innovant pour le rendre plus vivant, plus beau et plus visible.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris
Un monde de grâce

Un monde de grâce

Il faut accepter de faire ce constat : le mot « grâce », au singulier, est une tarte à la crème en milieu protestant... Découvrez l'édito du numéro de décembre d'Echanges.

Un contenu proposé par Echanges

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

La Vie Protestante

La Vie Protestante était un journal de spiritualité édité par l’Église protestante de Genève. Fort de 70 ans d’expérience, le mensuel abordait les thèmes qui font débat et qui interrogent l’homme. Dans un monde en mutation profonde, La Vie Protestante traitait la question du sens et portait un regard éthique et humaniste sur les enjeux de notre société et sur les grandes valeurs spirituelles.

Suite à l’interruption de parution du journal en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram