Manuel Valls au synode : « L’apport des religions peut être positif »

Manuel Valls au synode : « L’apport des religions peut être positif »

Entretien exclusif avec Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, en charge des cultes, quelques heures avant son intervention au synode. 

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 6 mars 2015

Auteur : Frédérick Casadesus

De quelle façon regardez-vous le rassemblement de l’Église Protestante Unie ?

Il s’agit d’un moment historique pour le protestantisme français, un beau signe d’intelligence. C’est aussi un moyen de faire vivre le mot « réforme » et de ne pas rester ancré dans des certitudes, des schémas, lorsque des évolutions s’avèrent nécessaires. Être présent au synode national a été pour moi l’occasion de rendre hommage à l’influence et à la place que le protestantisme a dans notre pays. Les courants spirituels, philosophiques ou politiques minoritaires, portés par une détermination supplémentaire, irriguent la  société, notamment ses élites.

Quels sont les axes qui, selon vous, doivent dessiner la politique de l’État vis-à-vis des Églises ?

Il n’y en a qu’un seul, et il vaut pour les Églises et tous les cultes : la laïcité. La France est un creuset. Au fil de son histoire, les apports successifs ont façonné notre pays, non pas sous l’influence unique des religions, mais beaucoup grâce à elles. La laïcité, qui est le fruit d’un compromis, a garanti son unité en tirant un trait catégorique entre ce qui relève de la sphère publique et ce qui tient à l’intimité spirituelle de chacun. La laïcité impose à tous de se retrouver dans le même idéal de citoyenneté, le respect des lois. Elle n’est pas l’expression d’une ignorance, d’une indifférence, pire d’une hostilité vis-à-vis de la religion. Elle dit simplement que la religion n’a pas d’emprise sur l’État, lequel doit rester neutre. La République n’a pas à se prononcer sur le fait de croire ou de ne pas croire, elle doit laisser à chacun sa liberté. Voilà qui constitue la singularité et la force de la France. Et appliquer ces principes à des nouveaux Français, des Français d’origine étrangère, qui peuvent nourrir un rapport différent à la sécularisation, me semble un beau défi pour nous tous. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

La Pentecôte, une exigence de lucidité sur l’EPUdF

Vivre de l’Esprit de Pentecôte, c’est avoir cette exigence d’une lucidité radicale sur nos différents engagements­. L'analyse du théologien Antoine Nouis sur la situation de l'EPUdF et son avenir.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

Le mensuel «Réformés» se met au vert

En mai, le journal «Réformés», mensuel des Églises protestantes romandes, a publié son premier hors-série intitulé «Dieu, la nature et nous».

Un contenu proposé par Réformés

Aux origines de la faculté de théologie protestante de Paris

La faculté de théologie protestante de Paris a été créée en 1873, comme École libre de théologie protestante, à l’initiative de professeurs de la faculté de Strasbourg, notamment Frédéric Lichtenberger et Auguste Sabatier.

Un contenu proposé par Musée protestant

Odile Godin, au service de l’humain

Rencontrer Odile Godin, c’est vivre l’expérience du service dans ce qu’il a de plus humain. Mais surtout, Odile se bat pour dénoncer les violences faites aux enfants, sous nos yeux parfois indifférents.

Un contenu proposé par Le Cep

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast