Raphaël Picon, un explorateur pour demain

Trop tôt disparu, des suites d’un cancer, celui qui fut doyen de l’Institut protestant de théologie, à Paris, avait fait connaître en France la théologie du « process ». Un de ses amis pasteurs, Jean-Marie de Bourqueney, nous parle de lui.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 3 février 2016

Auteur : Jean-Marie de Bourqueney

Sur mon bureau, quelques livres qui passent au gré des lectures, des préparations et des recherches. Mais un ouvrage attire mon attention. Il y est depuis plusieurs mois. Ce livre est sans doute l’un des plus beaux de l’histoire de la théologie : Le Courage d’être, de Paul Tillich. Cet ouvrage est, comme la pensée de son auteur, « au carrefour » de l’existentiel et du conceptuel. Il vous touche, intellectuellement et vitalement…

Voici quelques mois, alors que la partie contre la maladie était mal engagée, Raphaël Picon m’a reparlé de ce livre en me disant qu’il ne le lisait plus de la même manière, m’invitant moi-même à le relire. Raphaël le savait, le laissait entendre, mais sans nous imposer cette cruelle réalité : il vivait ses derniers mois. Chaque moment partagé avec lui, même parfois très dur, devenait, de manière magiquement paradoxale, un instant de grâce. Lorsque l’on ressortait de chez lui, on y avait passé « un bon moment ». Plusieurs l’on dit. Et cette grâce venait de lui. Jusqu’au bout, et même quand les mots, lui qui les chérissait tant et les maniait avec virtuosité, n’étaient plus là, son sourire nous illuminait. Le mot n’est pas trop fort.

Nous avons ri ensemble, et ce rire était, pour reprendre le sous-titre du dernier ouvrage de Raphaël sur Ralph Emerson, un « sublime ordinaire ». Cette manière de vivre était autant son âme que son choix : chaque instant est possiblement porteur. De quoi ? À nous de le trouver.

Une volonté d’intensité

Raphaël, jusqu’au bout, n’a pas simplement défendu ou développé des idées. Il les a incarnées jusque dans son corps et ses expressions. Il promouvait la théologie du process et en était devenu l’un des plus grands spécialistes. Son bilinguisme et son expérience américaine ont favorisé chez lui une parfaite connaissance de cette théologie, mais aussi de ses conséquences culturelles : il parlait encore récemment d’un « festival process du cinéma », aux États-Unis. Mais il avait aussi fait un choix, dont il avait discuté avec ses collègues professeurs, notamment André Gounelle qui a introduit cette pensée en France, et avec ses amis, de cœur et d’idée, dont j’étais : il ne voulait pas « expliquer » le process, puisque, disait-il, « le process c’est la théologie, c’est la vie… ». […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Dans les paroisses, on attend le retour de l’apéro

Pour l'heure, avec la pandémie, les églises doivent renoncer aux moments de convivialité, ce qui manque aux fidèles.

Un contenu proposé par Réformés

Se laisser évangéliser pour accueillir les autres

La pasteure Sonia Arnoux a longtemps accompagné et formé des bénévoles engagés dans le diaconat protestant, à Saint-Étienne puis à Grenoble.

Un contenu proposé par Ouest-Infos

L’association évangélique Vie et Lumière annule son rassemblement

Prévue du 15 au 23 août, la Convention nationale de ces tsiganes évangéliques devait leur permettre d’élire leur nouveau président et de renouveler leur conseil d’administration.

Un contenu proposé par

Antoine Rufenacht, un engagement protestant réel mais discret

L’ancien maire du Havre a su allier pratique protestante dans sa vie privée et laïcité dans l’exercice de ses fonctions.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram