S’engager à l’étranger, c’est s’ouvrir à l’autre…

S’engager à l’étranger, c’est s’ouvrir à l’autre…

Mais c'est aussi prendre le risque de s'aventurer dans l'inconnu. Comment concilier cette volonté d'ouverture, cette volonté d'aider, de vivre et de partager sa foi, avec un projet de vie ? Daniel Cremer raconte son expérience.

Un contenu proposé par Défap

Publié le 1 septembre 2014

Auteur : Franck Lefebvre-Billiez

Lire directement l’article sur Défap

Daniel Cremer a été assistant d’éducation à l’école primaire protestante Kallaline, en Tunisie, pendant un an. Dans le cadre de son service civique, il a été chargé d’assurer des activités de soutien scolaire et d’animation ludique et sportive, tout au long de l’année scolaire 2012-2013. Il a notamment travaillé en lien avec Hoby Andrianirina, envoyée du Défap en Tunisie, qui enseigne dans cette même école.

Pourquoi partir ?

Dans la lettre de motivation qu’il avait envoyée au Défap, Daniel Cremer décrivait par ces mots la manière dont il envisageait cette expérience à l’étranger : il la voyait comme « un échange où j’apporterai mes compétences, ma main-d’œuvre et où j’apprendrai à connaître l’étranger que je serai et comprendre l’étranger que je rencontrerai ».

Apprendre à connaître l’autre et à se connaître : voilà qui est bien loin d’une ligne de vie ou d’une carrière toutes tracées. Mais comme le souligne Daniel Cremer lui-même, « j’aime prendre mon temps. J’aime me questionner sur les choses qui m’entourent, ce qui est bon, ce qui est utile, les choix que j’ai à faire. Finalement, j’aime agir sereinement après avoir amené mes projets à maturation (…) Lorsqu’on est amené à réfléchir sur ce que l’on veut faire plus tard parfois on a une volonté précise, parfois on a une feuille totalement blanche à écrire et parfois on a des convictions qui nous mettent en mouvement vers des destinations inconnues. Pourquoi ai-je eu envie de partir ? Il y a des éléments de réponses dans mon éducation, les voyages que j’ai réalisés, mes engagements, ma foi. »

« Durant mon enfance, j’ai grandi influencé entre la théologie de mon père qui est pasteur et le pragmatisme de ma mère qui est assistante sociale. Plusieurs déménagements, de nombreux voyages qui ont cultivé en moi le plaisir de la découverte de l’autre, de l’engagement mais également la facilité d’adaptation à tout nouveau contexte. Ainsi, ma sensibilité pour les actions de solidarité internationale m’a conduit à m’engager personnellement. Mais un point déterminant fut l’entre 2 kiff, rassemblement de jeunes protestants organisé à Saint-Paul-Trois-Châteaux en octobre 2012.. […]
Photo : © Daniel Cremer pour Défap

Lire la suite sur Défap

Dans la même rubrique...

Quand on est artiste et chrétien, est-ce qu’on est forcément un « artiste chrétien » ?

Beaucoup d’artistes qui sont aussi chrétiens rechignent à se faire étiqueter comme « artiste chrétien », car ils craignent -souvent à juste titre - que cette appellation soit d’une part négative auprès d’un public non chrétien.

Un contenu proposé par 1001questions.fr

Maintenir le lien avec les détenus

En ces temps, mon ministère d'aumônier d’établissement pénitentiaire est, comme d’autres, affecté par les mesures sanitaires avec plus ou moins de souplesse selon les directeurs d’établissement.

Un contenu proposé par Réveil

Les fruits de la longévité dans le ministère

Rencontre avec trois personnes qui ont fait preuve de longévité au sein de leur œuvre ou Église.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

L’adaptation d’une librairie chrétienne

Depuis un an, nous avons tous essayé de nous adapter au mieux à l’incertitude. Cela vaut pour les commerçants qui ont dû s’organiser au jour le jour pour pouvoir continuer à fonctionner.

Un contenu proposé par Réveil

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Défap

Le Défap est le service missionnaire de trois Églises protestantes de France : l’EPUdF, l’Unepref, l’UEPAL. Il accompagne, soutient, facilite et encourage l’activité missionnaire.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants