Vers un rite pour les couples homosexuels

Vers un rite pour les couples homosexuels

Le Synode réformé vaudois a accepté le principe d’un rite pour les couples partenariés. Explications

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 28 novembre 2012

Auteur : Gabriel Dutoit

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

Quelle est la décision prise ?

Le Synode des 2 et 3 novembre a adopté le principe d’un rite pour les couples de même sexe au bénéfice d’un partenariat. Il a demandé au Conseil synodal de proposer un choix de diverses formes de rite avant la fin de la législature, pour qu’il puisse se déterminer. «Le Synode balise un chemin vers un rite particulier, mais n’a encore rien décidé sur la nature de ce rite», commente David Freymond, président du Synode. Il souligne l’excellente préparation des délégués, la qualité et le respect lors des débats. Le Synode a «pris le temps pour discerner ce qui paraissait bon et juste» à la lumière de l’Évangile et en respectant les règles démocratiques, affirme David Freymond. Il rappelle que ce thème n’est pas arrivé de façon inattendue, mais suite à une réflexion demandée par le Synode en 2008 déjà.

Quelles réactions l’Église a-t-elle reçues ?

La décision a soulevé «une vague de réactions, admet Paolo Mariani, responsable communication de l’Église réformée. Plusieurs espaces de parole ont permis de déposer son ressenti», précise-t-il en citant notamment la presse, les blogs et les assemblées d’Eglise. Les positions sont souvent tranchées. «Deux interprétations de la Bible se confrontent», observe-t-il. Les uns proposent une lecture littérale, les autres privilégient une lecture qui se renouvelle en fonction des époques. «Les uns se référent à ce qu’ils estiment la vérité, les autres se référent à l’amour», résume Paolo Mariani. Il considère que l’Eglise a besoin de tenir les deux ensemble – la vérité et l’amour – comme «les deux pans d’un même toit».

Cette décision est-elle contraire à la Bible, comme le craignent certains ?

«Des versets bibliques semblent s’opposer à la décision du Synode, si nous prenons la Bible comme un livre de recettes toute faites. Mais si nous la lisons ainsi, alors nous ne devrions pas avoir de femmes pasteurs, puisque Paul dit que les femmes doivent se taire dans l’assemblée», répond Claire Clivaz, professeur de Nouveau Testament. […]

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

Une idée de promenade… sur les pas de Calvin à Bourges

Le passage de Jean Calvin, venu étudier à l’université de 1529 à 1531, a laissé une forte empreinte dans la cité berruyère.

Un contenu proposé par Ouest-Infos

Damnatio memoriae

Le numéro du mois de septembre du mensuel de l’Église protestante unie de France, Le Cep est sorti. L'édito de Nicolas Boutié, rédacteur en chef.

Un contenu proposé par Le Cep

Le « mercato » des profs de théologie

Un professeur de Vaux-sur-Seine a été nommé à la prestigieuse Université de Louvain et libère la place pour un jeune théologien qui lui succède, l’occasion de se pencher sur les parcours des théologiens évangéliques francophones.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

En septembre, une conférence autour de « Dieu est-il sexiste ? »

S’adressant autant aux hommes qu’aux femmes, cette journée désire stimuler une réflexion au sein de l’Église et de la société sur la question de la justice de genre.

Un contenu proposé par Servir ensemble

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Découvrez le blog Regards sur les paroisses