Vivre la fraternité

Vivre la fraternité

Découvrez l'édito du numéro de février 2017 de Nuance : « Ne formez pas d’attelage disparate... »

Un contenu proposé par Nuance

Publié le 12 février 2017

Auteur : Pascal Gonzalez

Ne formez pas d’attelage disparate…

Nous entendons l’appel à vivre la fraternité et nous comprenons bien qu’il est indispensable de rappeler que les chrétiens ne peuvent être « racistes » puisque les humains sont tous frères en Adam et donc créatures de Dieu. Mais nous entendons aussi l’appel de l’apôtre Paul qui s’adresse aux chrétiens de Corinthe. En écho aux paroles de l’Ancien Testament, il invite les enfants de Dieu à ne pas s’unir avec les incroyants. La lumière ne peut faire alliance avec les ténèbres. S’unir avec un incroyant, c’est former un attelage disparate, écrit-il (2 Co 6). Un bœuf et un âne ne peuvent pas tirer la même charrue… Nous savons aussi que Jésus a promis la haine du monde à tous ceux qui le suivront. Alors que nous aspirons à la fraternité universelle et à la paix, nous savons donc, au fond de nous-mêmes, que cette fraternité et cette paix seront mis à mal.

Et si ces propos de Paul ressemblent étrangement à ceux qu’écrivaient les responsables de la secte des esséniens de Qumran, nous pensons qu’il y a pourtant une différence majeure qui doit nous inspirer. Paul, à la suite de tous les auteurs bibliques, ne nous invitent ni à la haine ni au mépris, vis à vis de ceux que la Bible appelle « ceux du dehors ». Nous ne sommes en rien supérieurs à eux. Nous avons été sauvés par grâce, sans le mériter jamais, et nous prions pour que d’autres soient sauvés comme nous, et peut-être grâce à nous. Ajoutons encore que Paul ne parle pas essentiellement du mariage lorsqu’il évoque cet attelage disparate. L’apôtre dénonce ceux qui se disent chrétiens (et même apôtres), qui vivent comme des débauchés et qui s’attachent seulement aux apparences. Ceux-là sont des incroyants ! Encore une fois, nous sommes invités à manger avec les gens « de mauvaises réputation ». Nous sommes même appelés à aimer nos ennemis ! À l’inverse, nous sommes invités à ne plus manger avec ceux qui se disent frères et qui se sont détournés de Dieu et du « bon dépôt de la foi ».

Que Dieu nous donne son amour de la vérité et sa sagesse. Qu’il nous aide à être dans le monde mais pas du monde. Qu’il nous guide pour que nous soyons séparés du mal mais pas des hommes, sans orgueil et sans mépris. « Pratiquons le bien à l’égard de tous et surtout de nos frères dans la foi » (Ga 6,10) !

S’abonner à Nuance

Dans la même rubrique...

500 ans de la Réforme : les actes du colloque

500 ans de la Réforme : les actes du colloque

Le colloque de la Mairie de Paris à l’occasion des 500 ans de la Réforme est paru. Achetez-le !

Un contenu proposé par

Le travail de la Cimade en Bretagne

Nabine Poadi reçoit Yvonne Coic, co-présidente du groupe Cimade Finistère, dans le cadre des « 50 émissions sur les migrations ».

Un contenu proposé par Radio Harmonie Cornouaille

Les engagements des revues protestantes durant la Grande Guerre

La déclaration de guerre et la mobilisation générale désorganisent la presse protestante française. Il devient compliqué d’assurer les publications dans les conditions habituelles.

Un contenu proposé par Musée protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Nuance

Le journal Nuance est le mensuel de l’Union nationale des Églises protestantes réformées évangéliques de France (UNEPREF).

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants