L’énigme de la résurrection

Henri Guillemin est un historien qui s’est penché sur la vie de Jésus avec les outils de sa science. Voici sa conclusion à propos de la résurrection : « Le constat de l’Histoire ne peut pas être : le Nazaréen ressuscita, car nul ne sait au juste ce qui s’est passé. Mais l’Histoire se doit d’enregistrer comme un fait établi, indéniable, comme une certitude exempte du moindre coupage de doute, que les disciples de Jésus ont cru, comme on croit à une vérité d’évidence, avoir revu vivant celui qui venait d’expirer. »

Pour entendre le raisonnement de l’historien, nous pouvons remonter le temps de quelques heures pour se retrouver le vendredi soir, à la croix. Lorsque Jésus mène son dernier combat, où sont les disciples ? L’un a trahi, un autre a renié, et tous, sauf un dans un évangile, sont absents. Où sont-ils ? Il est probable qu’ils se cachent quelque part à Jérusalem, par peur de la police romaine et des milices religieuses.

Ces mêmes disciples, où les trouvons-nous quelques semaines plus tard ? À Jérusalem en train d’annoncer l’Évangile à la foule venue dans la ville sainte pour le pèlerinage de Pentecôte[1] ; devant le Sanhédrin, le tribunal religieux qui a condamné Jésus, en train de confesser le nom de Jésus et d’annoncer qu’ils préfèrent obéir à Dieu plutôt qu’aux injonctions de ce tribunal[2] ; en route dans tout l’Empire romain pour annoncer l’Évangile jusqu’aux extrémités de la terre, et cela malgré l’opposition des pouvoirs religieux et policiers. Lorsque la question est posée à ces disciples : « pourquoi faites-vous cela ? », tous ont la même réponse : « Celui qui était mort, nous l’avons revu vivant ; celui que vous avez crucifié, Dieu l’a ressuscité. »[3]

Le relèvement des disciples et l’existence de l’Église sont la preuve historique qu’après la mort de Jésus il s’est passé un événement qui a été appelé résurrection. Pour les disciples, l’expérience de la résurrection a été une puissance de vie qui les a envoyés jusqu’aux extrémités de la terre.

[1] Ac 2.14-36

[2] Ac 4.20

[3] Ac 4.10


Christ est descendu aux enfers

Les Actes de Pilate est un texte du quatrième siècle qui parle de la descente du Christ aux enfers. Dans ce récit, Satan prévient l’Hadès, le maître des enfers, qu’il lui envoie un client afin qu’il soit lié avec de solides entraves. Le maître des enfers se méfie car il sent le piège. Il a peur que celui qu’il doit accueillir ne vienne détruire son pouvoir. Les deux maîtres des ténèbres sont encore en discussion quand le Christ arrive en vainqueur. L’Hadès essaye de fermer les portes de l’enfer pour empêcher le Christ d’entrer, mais celui-ci fait exploser les verrous et délivre tous ceux qui attendaient leur libération.

Lorsque Jésus rencontrait des hommes et des femmes dans une démarche de foi, il leur disait : « Ta foi t’a sauvé. » Le verbe sauver signifie aussi guérir : « Ta foi t’a guéri, elle te guérit de ton passé et de tes culpabilités qui sont engloutis dans son pardon. Le Christ est ressuscité, laisse ce qui est mort en toi et vis de la vie du ressuscité. »

Dans l’épître aux Corinthiens, Paul évoque son expérience de la résurrection. Ce qu’il a vécu est de l’ordre de l’irruption, de l’imprévu, de l’inattendu complet. Cette expérience a bouleversé sa vie et lui a donné une nouvelle identité, c’est ce qui lui fait dire : « Par la grâce de Dieu, je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été vaine.[1] » La résurrection ne se conjugue pas au passé, elle se dit au présent : c’est aujourd’hui que Christ est ressuscité ; c’est aujourd’hui qu’il visite nos enfers, c’est aujourd’hui qu’il nous appelle à la vie, c’est aujourd’hui qu’il croit en nous, c’est aujourd’hui que nous devons ressusciter.

[1] 1 Co 15.10


Christ est vainqueur de la mort

Si nous posons un regard lucide sur notre monde, la mort et les menaces de mort sont sérieuses. Prolifération nucléaire, terrorisme, réchauffement climatique, violences d’État, désordres économiques, conflits qui s’éternisent… il est parfaitement raisonnable d’être sérieusement pessimiste. Face à cette situation, le message d’une résurrection se présente comme une protestation qui nous appelle à choisir la vie envers et contre tout. L’annonce de la résurrection est une proclamation de vie plantée dans la désespérance de notre monde. Choisir la vie devient un acte résurrectionnel, insurrectionnel contre la fatalité des œuvres de mort.

Christiane Singer propose une image pour évoquer cette protestation : soit un verger au cœur de l’hiver. Que voyons-nous ? Des grands balais de bruyère plantés dans le sol. Devant ce spectacle, l’attitude la plus rationnelle serait de couper les arbres et de les faire brûler pour qu’au moins ils nous chauffent pendant l’hiver. Pourtant fou serait celui qui agirait ainsi. Ce n’est pas parce que les arbres sont tout secs qu’ils sont morts. Au plus intime de leur être déjà se prépare le long travail qui les conduira à laisser percer quelques pousses à la fin de l’hiver, lesquelles deviendront des feuilles, des bourgeons et des fruits au printemps. Et en été, le verger sera un jardin merveilleux.
Pourquoi ne coupe-t-on pas les arbres fruitiers en janvier ? Parce que nous savons que l’hiver n’est pas éternel. Pourquoi sommes-nous appelés à poursuivre le combat de la vie, de la justice et de la paix ? Parce que nous croyons à la résurrection.


Retour au dossier Les temps liturgiques

Ou continuez votre lecture avec nos recommandations ci-dessous :

Pâques : quel sens Jésus donne-t-il à ce repas ?

Pâques : quel sens Jésus donne-t-il à ce repas ?

Dans cette prédication, Guy Athia fait revivre le dernier repas de la Pâque de Jésus, dans l’ambiance si particulière de Jérusalem avant la destruction du temple.

Un contenu proposé par Les cahiers de l’École pastorale
Pâques ? Quel sens pour nos vies ?

Pâques ? Quel sens pour nos vies ?

Découvrez l'édito du numéro d'avril 2017 du Journal de la Mission populaire évangélique.

Un contenu proposé par Présence
En chemin vers Pâques !

En chemin vers Pâques !

40 jours de découverte pour enfants et famille, par Sook-Hee Youn et Laurence Belling.

Un contenu proposé par Éditions Olivétan
Pâque juive et Pâques chrétienne

Pâque juive et Pâques chrétienne

Le jour de Pâques marque pour les chrétiens la résurrection du Christ.

Un contenu proposé par Croire et lire

Recevez chaque mardi et vendredi la newsletter de Regards protestants ! S'inscrire