Françoise Gernot propose une lecture critique du récit philosophique de J. Locke qui, dans son livre Traité du Gouvernement civil (1690), légitime l’appropriation individuelle de la terre et justifie le droit de propriété.