Mourir moins mal

Mourir moins mal

Qu’apporte de nouveau la loi sur la fin de vie ? Le débat a provoqué des remous dans la communauté protestante.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 20 mars 2015

Auteur : Antoine Nouis

La nouvelle loi sur la fin de vie, dite loi Claeys-Leonetti – du nom des deux députés qui la présentent, un PS et un UMP – a été examinée par l’Assemblée nationale en quatre séances publiques les 10 et 11 mars et a été adoptée le 17 mars. Elle s’inscrit dans la suite des trois lois sur la fin de vie qui ont été votées depuis une quinzaine d’années :

  • la loi du 9 juin 1999 visait à garantir le droit d’accès aux soins palliatifs ;
  • la loi du 4 mars 2002 était relative aux droits des malades et ouvrait la possibilité de refuser tout acharnement thérapeutique ;
  • la loi du 22 avril 2005, dite loi Leonetti, confirmait l’interdiction de l’obstination déraisonnable et renforçait les devoirs des médecins en matière d’information et d’écoute.

Dans le domaine de la fin de vie, l’attente du public peut se résumer en deux positions : « Je veux être entendu » et : « Je veux une fin de vie apaisée ». Face à ces demandes légitimes, les lois en vigueur sont insuffisantes puisqu’un sondage Ifop publié par l’hebdomadaire Pèlerin en 2012 révélait que « 48 % des personnes interrogées estiment que la loi actuelle ne permet pas suffisamment d’atténuer les souffrances physiques ou morales, 59 % d’éviter toute forme d’acharnement thérapeutique et 68 % de respecter la volonté du malade concernant sa fin de vie ».

Les différentes études montrent que la loi sur les soins palliatifs et la loi Leonetti sont mal appliquées. Pour les soins palliatifs, si le nombre de lits est en augmentation, il reste largement insuffisant puisqu’on estime que seuls 20 % des personnes qui devraient pouvoir en bénéficier ont accès à de tels soins. Ils ne sont notamment pas suffisamment développés dans les EHPAD (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) et dans les structures ambulatoires pour les personnes souhaitant terminer leur vie à domicile. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Ne pas perdre le Nord

La culture et la défense de la justice sociale s’invitent aujourd’hui dans notre actualité.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Tous en classe !

En ce jour de rentrée, rappelons l’attachement fondamental des protestants à l’Instruction publique en France.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

L’autre deuxième vague : la détresse humaine et sociale

Les suites du confinement ne sont pas simples dans les quartiers populaires. Les Fraternités n’ont pas relâché leur mobilisation. Par Christian Bouzy, équipier-pasteur.

Un contenu proposé par Présence

Choisir ses enfants

Les progrès réalisés dans les domaines de la génétique et des techniques de reproduction accroissent notre pouvoir d’élimination des handicaps et des maladies. Faut-il se réjouir de cette puissance, ou au contraire la redouter ?

Un contenu proposé par Labor et Fides

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram