« Les victoires du terrorisme »

L'édito vidéo du 12 novembre d'Antoine Nouis, directeur du journal Réforme, sur l'actualité de la semaine.

Un contenu proposé par Réforme

Auteur : Antoine Nouis

Publié le 12 novembre 2015

J’étais la semaine dernière en Égypte pour une série de conférences à l’invitation d’une ONG locale, et j’ai pu constater les ravages causés par le terrorisme sur le tourisme. J’étais logé dans un grand hôtel qui était pratiquement vide. Mes hôtes ont tenu à me montrer les pyramides : le nombre de visiteurs occidentaux pouvait se compter sur les doigts d’une main sur un lieu touristique qui attire les foules en temps normal.

Quand on mesure les conséquences économiques des attentats, on comprend que le gouvernement égyptien ait maintenu jusqu’au bout l’hypothèse de la défaillance technique dans le crash du Sinaï. Ce qui aurait pu n’être qu’une catastrophe aérienne devient un cataclysme pour l’économie touristique de la péninsule. Si les tueries contre Charlie et l’hypermarché casher ont fait une vingtaine de morts, les attentats en Tunisie et en Égypte ont en plus porté un coup fatal à la première ressource économique de ces pays, pour des années.

La logique terroriste est à la fois aveugle et diabolique. Aveugle, parce que son but n’est pas de s’en prendre à des prétendus coupables, mais de faire des morts, beaucoup de morts, pour terroriser une population. Elle est diabolique en ce qu’elle cultive le mal pour arriver à ses fins. L’intelligence du mal consiste à croire qu’on peut affaiblir un peuple en le frappant. La réponse au diabolique qui isole et éclate est le symbolique qui unit et rassemble. Balzac a écrit que, dans les grandes crises, un cœur se brise ou se bronze. Les épreuves brisent les peuples affaiblis et endurcissent ceux qui résistent. L’État islamique cherche à étendre son influence par la terreur, mais il ne tiendra pas. La leçon de l’Histoire nous apprend que les pouvoirs tyranniques ne subsistent pas. Si la défaite de l’État islamique est certaine, ses capacités de nuisances demeurent. C’est quand une bête est blessée qu’elle est la plus dangereuse. C’est pourquoi il faut se préparer au pire, mais sans renoncer à l’espérance.

Dans la même rubrique...

Mexique : à la découverte d’une église baptiste “hip-hop”

Reportage auprès du pasteur baptiste Abraham Barberi à Matamoros, ville mexicaine située à la frontière avec le Texas.

Un contenu proposé par Réforme

Vers une réforme de la fiscalité mondiale

Rassemblés à Londres le 5 juin, les ministres des finances des pays du G7 se sont accordés à mettre en place un taux d’imposition minimum des bénéfices des sociétés.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

TikTok, outil d’évangélisation aux Philippines

Aux Philippines, des prêtres font un tabac sur TikTok, le réseau social prisé par les plus jeunes. Un nouveau canal pour évangéliser ?

Un contenu proposé par Réforme

Anna-Nicole Heinrich élue présidente l’Église évangélique en Allemagne

A 25 ans, l’étudiante en philosophie à l’université de Ratisbonne devient la plus jeune présidente du synode depuis sa création en 1945.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast