« J’aime les cimetières »

L'édito vidéo du 29 octobre d'Antoine Nouis, directeur du journal Réforme, sur l'actualité de la semaine.

Un contenu proposé par Réforme

Auteur : Antoine Nouis

Publié le 2 novembre 2015

Emil Cioran a dit : « À la moindre contrariété et, à plus forte raison, au moindre chagrin, il faut se précipiter au cimetière le plus proche, dispensateur soudain d’un calme qu’on chercherait vainement ailleurs. » À ne jamais fréquenter les cimetières, nous prenons le risque de nous croire immortels, de vivre à la surface de nous-mêmes, alors que c’est dans l’essentiel que se trouvent les vrais enjeux de notre existence.

Heidegger a défini l’humain comme un être pour la mort. Il voulait dire qu’une existence qui est sur le mode de l’authenticité se doit d’avoir intégré sa propre mortalité. On raconte que le pape Innocent IX avait commandé un tableau qui le représentait sur son lit de mort et qu’il le contemplait chaque fois qu’il avait à prendre une décision importante. Cette pratique s’inscrit dans la tradition de la meditatio mortis – méditation de la mort – exercice qui consiste à penser à sa propre mort pour aider à prendre conscience de la valeur du temps, et pour injecter de l’ultime dans son quotidien. C’est bien ce que disait Paul lorsqu’il écrivait : « Vous savez en quel temps nous sommes : c’est bien l’heure de vous réveiller du sommeil, car maintenant le salut est plus proche de nous que lorsque nous sommes venus à la foi. » (Rm 13,11). […]

Dans la même rubrique...

Présidentielle : la déroute des partis historiques

Avec, respectivement, moins de 5% et moins de 2% des suffrages, Valérie Pécresse (LR) et Anne Hidalgo incarnent la défaite historique des partis traditionnels.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Interminable humiliation ?

Olivier Abel appelle à une « véritable redécouverte éthique et politique de la reconnaissance et de la considération mutuelle ».

Un contenu proposé par Forum protestant

Comme Monsieur Gustave

Nous ferions bien de nous inspirer de Monsieur Gustave, le maître d'hôtel du Grand Budapest Hotel de Wes Anderson, qui reste fidèle à ses valeurs alors que le monde autour de lui vacille. L'éditorial de la rédaction.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

Catholicisme : un nouvel archevêque à Paris

Mgr Laurent Ulrich, jusqu’alors archevêque de Lille, est nommé ce mardi par le pape pour succéder à Mgr Michel Aupetit

Un contenu proposé par Réforme

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast