L’interdit et les protestants

L’interdit et les protestants

"Je sais bien qu'il n'y a rien d'impur, sinon pour celui qui estime une chose impure", écrivait Paul (Épitre aux Romains–14).

Un contenu proposé par Olivier Abel .fr

Publié le 4 juin 2013

Auteur : Olivier Abel

Lire directement l’article sur Olivier Abel .fr

Calvin commente: « Par lesquelles paroles il soumet toutes choses externes à notre liberté, pourvu que l’assurance de cette liberté soit certaine à nos consciences envers Dieu » (Institution de la Religion chrétienne, Paris Les Belles Lettres 1961, tome 4 p.136).

Ces deux petites paroles condensent assez bien le sentiment protestant quant aux « interdits ». L’idée centrale est que les choses en elles–mêmes sont indifférentes à ceux qui en usent avec sobriété : c’est lorsqu’elles sont l’objet de cupidité ou de superstition qu’il est bon de s’en abstenir (Calvin op.cit. p.138– 139–140 et 196). On pourrait montrer comment les objets habituels de l’interdiction religieuse (comme l’argent ou la sexualité) tombent sous le coup de cette critique de la superstition et de la cupidité : mais c’est surtout la religion elle–même qui est visée. Parlant des obligations et interdits religieux, Calvin écrit qu' »il faut toujours soigneusement prendre garde en de telles observances qu’elles ne soient estimées nécessaires au salut, pour lier les consciences » (p.192). Ou encore : « Quoi ? Y a–t–il si grand mystère en la coiffure d’une femme, que ce soit un grand crime de sortir en la rue nue tête ? » (p.193). […]

Lire la suite sur Olivier Abel .fr

Dans la même rubrique...

Jésus et le repos

L’attitude de Jésus semble paradoxale. Alors qu'il est lui-même parfois très fatigué, il promet le repos...

Un contenu proposé par Croire et Vivre

Soli Deo gloria

Les Réformateurs ont exprimé leurs convictions en cinq formules commençant chacune par sola, soli ou solus (seul).

Un contenu proposé par Croire et Vivre

L’être humain et les animaux, bénis de Dieu

On s’est appuyé sur le début de la Genèse pour justifier que l’être humain règne en maître tout puissant sur la création. Aujourd’hui beaucoup estiment au contraire que l’animal et l’homme sont sur le même plan. Qu’en est-il exactement ?

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Olivier Abel .fr

Olivier Abel est professeur de philosophie éthique. Son blog recueille ses publications.

Derniers contenus du partenaire

Les partenaires de Regardsprotestants