Lorsque les apôtres se réunissent le jour de Pentecôte, un phénomène stupéfiant se produit, qui leur permet de parler dans les langues de toutes les nations. Il s’agit de l’élément fondateur des Églises chrétiennes, à la rencontre de tous les êtres humains sur la Terre.

Pentecôte, c’est la diffusion du message de Jésus non plus à des amis, proches ou voisins, mais à des personnes inconnues, venues à Jérusalem et originaires de toutes les nations (Actes 2.9-11) : « Parthes, Mèdes, Élamites, habitants de Mésopotamie, de Judée, de Cappadoce, du Pont, d’Asie, de Phrygie, de Pamphylie, d’Égypte, de Lybie cyrénaïque, citoyens romains, Juifs et prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons dire dans notre langue les œuvres grandioses de Dieu ! » On sent que le rédacteur a énuméré tous les peuples connus de lui pour bien indiquer que tous sont concernés par le message.

Un double miracle

Ce jour est le souvenir de ce qui est pour nous un double miracle : que les apôtres parlent dans toutes les langues en est un, qu’ils soient compris et entendus en est un autre. Il n’est pas suffisant de parler l’arabe ou le latin, encore faut-il trouver les mots pour toucher les cœurs et les âmes. Même dans le texte des Actes, le rédacteur montre bien qu’une partie de l’assistance reste incrédule « d’autres se moquaient en disant : Ils sont pleins de vin doux ! ».
Aux premiers siècles d’expansion du christianisme, les anciennes chroniques nous apprennent que le plus difficile est de convertir le prince. Cette étape franchie, il suffit de faire venir le peuple à la rivière voisine, des […]