Adam et Ève

Adam et Ève

Dans le deuxième récit de création, Dieu crée l’humain à partir de la poussière du sol et du souffle de Dieu... Récit n° 02/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible

Publié le 12 avril 2019

Auteur : Antoine Nouis

Dans le deuxième récit de création, Dieu crée l’humain à partir de la poussière du sol et du souffle de Dieu. Puis il le place dans le jardin et déclare à son sujet : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je vais lui faire une aide qui sera son vis-à-vis[1]. » L’humain est défini comme un être de solitude qui a conscience d’être seul à être qui il est. À la différence des animaux, l’humain n’est pas créé espèce, mais sujet, ce qui permet de dire que l’humain est un animal qui a conscience de sa singularité.

Dieu crée les animaux, mais ce n’est pas l’animal qui met fin à la solitude de l’humain, car il y a trop de différence entre eux. Finalement, Dieu coupe l’humain en deux côtés et crée la séparation homme – femme. C’est dans la rencontre de l’autre dans sa différence que l’humain trouve un dépassement de sa solitude. Le défi posé à l’humanité est la rencontre de l’autre dans sa différence, la femme est le premier « autre » de l’homme, et réciproquement.

Dans le jardin, Dieu a posé un interdit, l’arbre de la connaissance du bon et du mauvais. Le serpent propose à la femme d’en manger en suggérant que Dieu est un Dieu jaloux : « Dieu le sait : le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme des dieux qui connaissent ce qui est bon ou mauvais[2]. » La tentation touche à notre désir d’être Dieu, d’être les maîtres du bon et du mauvais. Est-ce à l’humain de décider le bien et le mal, ou est-il prêt à accepter qu’ils lui soient dits par un autre ?

La femme et l’homme mangent le fruit, et contrairement à ce qu’a dit le serpent, ils ne deviennent pas des dieux, mais ils découvrent leur nudité ! Ils se cachent l’un devant l’autre, car ils n’acceptent plus leur fragilité.

Le désir d’être Dieu – de dominer les gens et les choses – est au fond de chacun. La Bible définit l’humain comme un être traversé par des désirs contradictoires. Il est partagé entre un désir de relation pour mettre fin à sa solitude et des envies de domination pour assouvir sa quête d’être Dieu.

[1] Gn 2.18.

[2] Gn 3.5.

L’apparition de la sexualité

Lorsque l’homme rencontre la femme, la Bible commente : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. Ils étaient tous les deux nus[1]» L’apparition de la sexualité (ils deviendront une seule chair) est encadrée par deux affirmations : l’homme quittera son père et sa mère, et ils étaient tous les deux nus. Quitter, c’est être responsable ; être nus, c’est être en vérité. Il faut du temps et beaucoup de confiance pour être vraiment nus.

[1] Gn 2.24-25.

Découvrez d’autres récits sur le blog Regards sur la Bible

Sur le même thème

Le déluge

Le déluge

Noé est un personnage universel. Il est probablement l’homme le plus célèbre de la Bible... Récit n° 04/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible
Caïn et Abel

Caïn et Abel

Adam et Ève ont deux fils. L’aîné, Caïn, est cultivateur. Le cadet, Abel, est berger... Récit n° 03/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible
La création du monde

La création du monde

Les premiers chapitres de la Bible proposent deux récits de création différents... Récit n° 01/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Regards sur la Bible

Regards sur la Bible vous propose de parcourir l’Ancien et le Nouveau Testament en 50 pages. Un blog animé par le théologien Antoine Nouis.

Derniers contenus du partenaire

Découvrez le blog Regards sur les paroisses