Comment entrer en relation avec l’autre et avec Dieu ?

Comment entrer en relation avec l’autre et avec Dieu ?

Dans le Nouveau Testament, Jésus raconte une histoire mettant en scène deux hommes en prière, avec des attitudes très différentes. Le premier laisse de la place à Dieu, et à l’autre. Pas le second.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 13 mars 2017

Auteur : Anne Miller

Le premier laisse de la place à Dieu, et à l’autre. Pas le second.

Lors de la scène racontée par Jésus dans la parabole du pharisien et du péager (Luc 18,9-14), les traits et les attitudes de chaque personnage sont intentionnellement exagérés. Leurs positions corporelles incarnent de façon concrète ces différences. Le premier est debout, les bras peut-être étendus. Il s’est placé probablement au centre du temple, prenant toute la place. Le deuxième, se tenant à une distance discrète, les yeux baissés, est vraisemblablement recroquevillé sur lui-même. Une question pourrait alors se poser : quelle attitude corporelle serait la plus appropriée pour communiquer avec Dieu ? Ou pour le dire autrement : Comment posons-nous devant Dieu ? Nous mettons-nous debout, à genoux, par terre ? Nos yeux sont-ils fermés ou ouverts ? Notre attitude participerait-elle à notre justification ? En effet, en se référant à la prière du péager Jésus déclare : « celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l’autre ».

Le cœur

Toutefois, il me semble que dans notre parabole, l’attitude corporelle ne vient pas en premier. Elle n’est que le reflet d’une autre attitude, celle du cœur. Le dialogue intime entre le péager et Dieu se révèle à la fois à travers les paroles prononcées et aussi à travers le corps du priant. D’ailleurs, l’appel très court du péager « Ô Dieu, soit apaisé envers moi pécheur. », implique à la fois une demande de pardon et un désir de réconciliation. C’est un mouvement, un élan du cœur qui ne peut rester caché. En re-visualisant la scène, il est aisé de voir le pharisien, non seulement debout au centre, mais avec les bras tendus comme s’il balayait l’espace autour de lui. Dans son for intérieur, il est tellement plein de lui-même qu’il n’y a tout simplement plus de place ni pour Dieu ni pour l’autre. Son attitude extérieure et corporelle reflète son attitude intérieure. Le pharisien remplit, à lui tout seul, son univers intérieur et extérieur. Comment la grâce pourrait-elle trouver une niche dans de telles conditions ?

Plus loin, le péager lui, reste discret, laissant de la place pour les autres, pour ceux qui voudraient pénétrer dans le temple. Il représente aussi une figure d’humilité ; vide d’une préoccupation de soi, il est prêt à recevoir. Son cœur n’est rempli ni d’arrogance ni d’apitoiement sur lui-même. Il ne liste pas ses mérites, estimant qu’il n’en a pas. Mais il ne dresse pas non plus une liste de ses fautes ou de ses péchés. Il est dans une attitude de réconciliation avec Dieu. Un tel positionnement lui permet de se réconcilier non seulement avec Dieu et avec lui-même mais de s’ouvrir vers les autres. Il peut accueillir la grâce. De par sa prière il crée de l’espace dans son cœur et autour de lui. À mon sens tout est une affaire de cœur. Y a-t-il de l’espace pour Dieu et pour les autres ? La grâce y trouve-t-elle une niche ?

Anne Miller, pasteure à Bordeaux

Dans la même rubrique...

Passer des frontières

Chaque humain est appelé à « passer des frontières ». Cette expression recouvre des réalités très différentes. Parcours avec Élie et Jésus (1 Rois 17 et Marc 7, 24-30).

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

Dévorer l’Ancien Testament grâce au Bible journaling

J’avoue ce n’est pas le livre le plus évident à lire. Mais je me suis lancée dans ce challenge pendant le confinement et je m’étonne moi-même à vouloir lire la suite semaine après semaine…

Un contenu proposé par Le bal littéraire des sardines

L’être humain corps et âme. Un débat stérile ?

Il me semble que penser l’être humain en trois parties (le corps matériel, l’âme et l’esprit immatériels) est considéré comme assez naturel.

Un contenu proposé par Point-Théo

« Rendre à César ce qui est à César »

Mieux connue sous sa forme devenue proverbe la réponse de Jésus mérite d'être méditée en entier.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram