La bienveillance dans la Bible

La bienveillance dans la Bible

La bienveillance est peut-être récente dans les discours de nos politiques mais c’est un concept ancien, déjà présent dans la Bible. Qu’en dit-elle ?

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 17 mars 2018

Par Fabienne Ambs-Szafarczyk, pasteure en montagne des Cévennes.

Ce mot à la mode est utilisé fréquemment dans le milieu du développement personnel et de l’accompagnement. Il y a aujourd’hui une injonction à la bienveillance dans le management des équipes de travail, particulièrement dans les milieux de soins. Avant de répéter à l’envi des mots qui en deviennent creux, vidés de leurs sens, j’aime faire un petit dé- tour par la Bible. Surprise ! Suivant la traduction utilisée ce mot se retrouve plus ou moins fréquemment dans l’AT. Car le mot hébreu qu’on traduit par bienveillance, hesed, a aussi le sens de « fidélité, grâce, riche en bonté, ou compatissant ». C’est donc toutes ces significations qui sont sous-tendues, cachées dans le mot bienveillance. C’est la façon d’être de Dieu avec son peuple. La bienveillance trouve sa source en Dieu. Il est le Bienveillant. Je suis au bénéfice de cette bienveillance, ma vie y trouve son sens. Alors, bien sûr, comme le recommande Paul aux communautés, elle doit transparaître dans les relations qui se tissent les uns avec les autres, d’autant que la bienveillance fait partie des fruits de l’Esprit (Galates 5,22). Je la caractériserai d’abord par un changement de regard comme l’exprime si justement la prière que les sœurs de Pomeyrol disent aux complies : « Prions pour tous ceux qui nous sont confiés, plaçons-les dans Sa lumière, afin de les voir comme Il les voit…». Il s’agit d’emprunter le regard de Dieu quand je regarde mon prochain. C’est aussi une attention humble aux petites choses de la vie sachant les partager en toute simplicité ; les petits riens du poème d’Irène Mercoiret :

« Les petits riens qui font du bien / C’est trois fois rien.
Un déjeuner au creux du jour,
Un sourire, un joyeux bonjour.
Trois grands pas sur la colline
Dans le vent, un petit signe.
Un mot, un accueil affable
Ouvrent toujours le passage.
Trois capucines et une rose
C’est là que le cœur se pose. »

Je vous le dis : ce n’est rien de bien compliqué, une simple ouverture de cœur vécue dans la disponibilité.

Sur le même thème

La bienveillance dans le Nouveau Testament

La bienveillance dans le Nouveau Testament

Dans le Nouveau Testament, le Christ est la bienveillance par excellence (Éphésiens 2,7). Il le montre à chaque personne qu’il rencontre.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

De la bienveillance, oui bien sûr !

Et si on prêtait un peu d’attention aux autres, sans rien attendre en retour ? Voici quelques pistes à mettre en œuvre dans votre quotidien pour illuminer celui des autres, même des inconnus.

Un contenu proposé par SpirituElles

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire