Le mariage, quézaco

Le mariage, quézaco ?

Des couples viennent célébrer leur mariage dans nos communautés. Qu’est-ce qui se passe pendant, avant et autour d’un tel culte de bénédiction ?

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 10 mars 2018

Quelle sont les attentes – parfois cachées, non-avouées voire inconscientes – et qu’est-ce que l’Église protestante peut apporter aux couples demandant un culte de bénédiction à l’occasion de leur mariage ?

Avant toute chose, il faut savoir qu’un tel culte se prépare bien à l’avance avec le pasteur. Cette préparation permet bien sûr de « bâtir » sur la base de notre liturgie la célébration. Puisque dans la majorité des couples un des partenaires n’est pas d’origine protestante, ils découvrent souvent les fondements de la foi protestante lors de ces rencontres de préparation. Celles-ci ouvrent aussi le chemin pour s’approcher de manière plus décisive de l’Église.

Choix

Une fois pris le rendez-vous avec le pasteur, la première grande question concerne le « mariage œcuménique », comme on l’appelle bien souvent. Il faut dire tout de suite qu’il n’existe pas ! Il faut choisir entre un mariage catholique, avec la participation d’un pasteur, et un culte de bénédiction, avec la participation d’un prêtre. La question cruciale est : mariage catholique ou pas de mariage
catholique ? Même si la réponse à cette question n’a presque pas d’impact sur la forme et le déroulement de la cérémonie, elle peut avoir des conséquences insoupçonnées puisque la bénédiction au temple n’est pas reconnue comme mariage par l’Église catholique. Le partenaire catholique vivrait du coup en couple sans la reconnaissance de son Église.

Sérieux

Contrairement à l’Église catholique, le mariage n’est pas un sacrement aux yeux des protestants. Dans le protestantisme, il existe deux sacrements : la cène et le baptême. Il est vrai que le mariage est plus ancien que le Christ et que Jésus n’a rien dit de nouveau sur le mariage. Il est aussi vrai que pour les protestants l’aventure d’une vie commune est prise très au sérieux, même si le mariage n’est pas un sacrement. Ce sérieux se montre dans le don – pas symbolique du tout – d’une Bible lors du mariage. Ensemble, à deux avec Dieu, le couple est appelé à vivre dans la foi. La lecture de la Bible lui permet toujours de se recentrer sur la seule source d’amour qu’est Dieu. « Avec lui, le pardon est toujours possible, la joie toujours promise et l’amour toujours appelé à ressusciter. »

Sur le même thème

Les services funèbres, quézaco ?

Les services funèbres, quézaco ?

Même des protestants sans lien avec la vie de l’Église locale souhaitent « passer au temple » avant d’être inhumés ou incinérés. Qu’en penser ? Et quel sens ont ces cérémonies ?

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest
La Cène, quézaco ?

La Cène, quézaco ?

Une des différences principales entre catholiques et protestants réside dans ce que les uns nomment « l’eucharistie » et ce que les autres appellent « la Sainte-Cène ou Cène ».

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest
Le Culte, quézaco ?

Le culte, quézaco ?

Dimanche après dimanche, les chrétiens se réunissent pour le culte (ou messe chez les catholiques). Mais pourquoi le culte ? Quel sens cela a-t-il ? Qu’est-ce que cela peut bien apporter ? Pourquoi aller au culte ? Et pourquoi pas ?

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire