L’enfer, c’est soi

L’enfer, c’est aussi et surtout lorsque nous nous replions sur nous-mêmes, lorsque nous choisissons l’isolement, l’éloignement loin des autres.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 1 mars 2018

Auteur : Christophe Jacon

« L’enfer, c’est les autres » disait Sartre dans Huis clos. J’ai toujours été en profond désaccord avec cette formule. Du moins, dans sa compréhension habituelle, contre laquelle Sartre lui-même aurait posé son désaveu ! L’enfer, ce n’est pas les autres, mais bel et bien soi. Lorsque « nous nous mettons dans la totale dépendance d’autrui » (Sartre), de son regard et de son jugement. Mais l’enfer, c’est aussi et surtout lorsque nous nous replions sur nous-mêmes, lorsque nous choisissons l’isolement, l’éloignement loin des autres. L’enfer existe sur terre quand nous restons seuls avec nos chagrins, nos peurs, nos rages, nos haines, nos reproches. L’enfer commence quand nos rancœurs sentent le renfermé.

Laisse

Jésus, dans le Notre Père, nous invite à remettre nos « dettes ». Mieux : il affirme que c’est là ce que nous faisons : « Remets-nous nos dettes comme nous aussi nous remettons / avons remis nos dettes ». Aussi paradoxal que puisse être cette affirmation, elle résonne très fort existentiellement. Revenons aussi loin que peut nous emmener notre mémoire. Nous verrons que nous avons tous commencé par vivre sans tenir, retenir le mal que l’on nous faisait. Nous avons tous continué la relation sans vouloir reproduire le mal ou s’isoler. « Laisser aller », « pardonner », est l’expérience première de nos vies. C’est au moment où je la renouvelle que je comprends ce que le Père fait avec moi chaque jour, pour mes erreurs et mes errances. Aussi rances soient-elles ! C’est en pardonnant que je comprends que le Père est Pardon, Bienveillance, pour moi, pour les autres et le monde. C’est en pardonnant que s’enracine en moi le pardon de Dieu : sa bienveillance éternelle.

Dans la même rubrique...

Jésus, un marcheur infatigable

Il passe de ville en ville, de village en village. Parfois seul, souvent entouré de grandes foules, presque toujours avec ses disciples…

Un contenu proposé par Croire et vivre

Cette étrange Assomption

Parmi les fêtes du calendrier chrétien, il en est une que les protestants n’ont pas en commun avec les catholiques : l’Assomption. Quelle en est donc la signification ?

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

Le sabbat, un marqueur identitaire et une discipline spirituelle

Comme le disait le rabbin Joseph Telushkin : « Ce qui fonde la théologie du Sabbat, c’est la notion révolutionnaire que l’être humain est digne de considération, même lorsqu’il ne travaille pas, ne produit rien. »

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

Bible et famille en trois questions

Y a-t-il un modèle de la famille dans la Bible ? Y a-t-il des familles modèles dans la Bible ? La Bible propose-t-elle un cadre pour la famille ?

Un contenu proposé par Croire et vivre

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants