Lectures bibliques

Paroles d’avenir

Une lecture des Évangiles de Luc, Matthieu et Jean.

Un contenu proposé par Réveil

Publié le 8 janvier 2022

Par Christian Ginouvier pasteur retraité, Toulouse

Les passages des évangiles des dimanches de janvier ne parlent pas du futur : ce qui pourrait arriver demain et après. Ils parlent d’avenir : ce que dès à présent (la parole est accomplie), il advient avec Jésus. Ils résonnent dans des temps difficiles et ne peuvent être reçus qu’avec hésitation, et répercutés qu’approximativement (voir Marie à Cana). Mais tous en témoignent, quelles que soient les adversités, les incertitudes pour chacun et pour tous, il advient quelque chose, il advient même Celui que, peut-être, l’on n’attend ni n’espère (plus).

Dans une nouvelle, « Le mari » (in Être un homme), Nicole Krauss évoque ainsi l’advenue, fragile, improbable, de bien beaux inattendus : « Jetant un regard à l’intérieur, [je] découvre le mari [venu d’on ne sait où] assis près du berceau […] qui parle tranquillement au bébé [pas trop désiré] dans sa langue étrange. L’instant n’est pas logique, il existe en dehors de la raison, mais il n’a rien non plus d’inauthentique… On sait maintenant que les gens qui nous arrivent de nulle part et de rien ne sont jamais que ceci : un cadeau, que nous recevons sans avoir eu l’idée de le demander, simplement émerveillés devant l’infinie prodigalité de la vie ». Voilà qui fait écho à cette belle leçon de Jacques Ellul où il en appelle « à l’inscription, l’insertion, l’infusion de la grâce et de la liberté dans ce monde où je me trouve, [pour] tenter de transformer son futur – inéluctable – en un avenir – à imaginer et à construire » (Éthique de la liberté).

En cette année nouvelle, nous sommes donc conviés, non point à rêver je ne sais quel futur, mais à saisir ce qui dès à présent et un peu partout peut advenir de bon. Et à en être, à notre mesure, avec d’autres d’où qu’ils soient, des annonceurs, des contributeurs, des promoteurs.

Dans la même rubrique...

Marie, celle qui a aimé Jésus

Le geste de Marie essuyant les pieds de Jésus avec ses cheveux est un sublime geste d’amour. Jugé indélicat et tout à fait déplacé dés l’origine, ce geste continue d’interroger et de bouleverser ceux qui aiment et suivent Jésus.

Un contenu proposé par Campus protestant

L’humour comme interface entre science et foi

Comment l’humour peut-il être un choix pertinent pour un dialogue fécond entre science et foi ? Entretien avec le théologien suisse Pierre Bühler.

Un contenu proposé par Campus protestant

Dieu a-t-il envoyé son Fils en connaissance du fait qu’il allait être crucifié ?

Jésus était-il prédestiné à la croix ? La réponse d'un théologien.

Un contenu proposé par 1001questions.fr

Isaac et Rébecca, un mariage arrangé

Certaines histoires d’amour sont un peu arrangées. C’est le cas pour Isaac et Rebecca qu’Abraham est allé chercher pour son fils Isaac. La Bible raconte cependant qu’Isaac aima sa femme sa vie durant.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réveil

Mensuel de l’Église protestante unie de France, Réveil propose à ses lecteurs des nouvelles des Églises locales de la région Centre-Alpes-Rhône et plus largement, des réflexions sur les sujets de société.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast Les dossiers thématiques de Regards protestants