Renoncer au contrôle d’autrui

Le récit du sacrifice d’Isaac par son père Abraham a suscité plusieurs interprétations psychologiques. Le psychothérapeute et théologien Emmanuel Schwab y voit une évocation du lâcher prise des parents envers leurs enfants.

Un contenu proposé par Réformés

Publié le 18 mars 2018

Auteur : Gilles Bourquin

Lire directement l’article sur Réformés

Dans le récit de Genèse 22, Dieu éprouve Abraham en lui demandant d’offrir son fils en sacrifice. Comment pouvons-nous lire aujourd’hui ce texte où le patriarche esquive de justesse un acte de terrorisme religieux ?

Dieu ne souhaite pas qu’Abraham tue son fils au sens physique. D’ailleurs, dans le récit biblique, l’ange du Seigneur interrompt le geste meurtrier du patriarche. Ce qui doit mourir, c’est l’attachement, l’emprise qu’Abraham projette sur son fils, car cette attitude a une dimension narcissique.

Vous voulez dire qu’Abraham s’accapare la vie de son fils pour se réaliser soi-même ?

Oui, le fils est contrôlé par le père, qui considère sa progéniture comme son propre prolongement. Abraham entend maîtriser seul sa relation avec son fils. Isaac n’a pas de liberté. Donc, paradoxalement, ce texte signifie la libération d’Isaac de l’emprise paternelle d’Abraham.

Dans notre langage, «offrir en holocauste» signifie donc «rendre à Dieu» son fils ?

Quand Dieu demande à Abraham de sacrifier son fils, cela signifie, en langage moderne, que Dieu lui demande de lâcher prise sur son fils. Pour que la transition s’accomplisse entre le père et le fils, Abraham doit rendre à Dieu le descendant unique qu’il a reçu dans sa vieillesse. Il se l’est accaparé comme sa possession personnelle, ce qui paralyse toute évolution. […]

Lire la suite sur Réformés

Dans la même rubrique...

Qui sont les quatre évangélistes ?

Qui sont les quatre évangélistes ?

Les quatre évangiles ont été attribués à quatre auteurs différents : Matthieu, Marc, Luc et Jean. Que sait-on de ces hommes ?

Un contenu proposé par
Pourquoi se former en théologie

Pourquoi se former en théologie ?

S'engager dans l’Église ou dans une mission chrétienne, ce n’est pas seulement un engagement associatif, même si ce n’est pas sans rapport.

Un contenu proposé par
Et si je faisais de la théologie ?

Et si je faisais de la théologie ?

Vous vous posez la question !… Vous pouvez y réfléchir avec Théovie, le service de formation biblique et théologique de l’Eglise protestante unie.

Un contenu proposé par Église protestante unie de France – Infos

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réformés

Réformés est le mensuel des protestants réformés de Suisse romande. Il est financé par les Églises réformées suisses des cantons de Vaud, Neuchâtel, Genève, Berne francophone et Jura.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants