Être ou ne pas être… parent

Être ou ne pas être… parent

Nous vivons dans une société qui met en avant la liberté, dans tous les domaines, où chacun peut agir comme bon lui semble, se marier ou pas, avoir des enfants ou pas… Vraiment libre ?

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 21 février 2017

Auteur : Emmanuelle Seyboldt

Il est courant, pour faire connaissance, de parler des enfants et du métier. Ces questions jettent Catherine* dans un trouble perceptible par ses interlocuteurs. « J’ai l’impression que je suis définie par mes manques : pas de mari, pas d’enfant, et un appartement tellement minable que je n’ose y faire entrer quiconque. Chaque nouvelle rencontre me renvoie à tout ce que je n’ai pas. Par conséquent, je fuis les personnes que je ne connais pas. Je ne vais que vers celles à qui j’ai déjà raconté mon histoire. Ça me rassure et m’évite de me dévaloriser à nouveau ».

Heureux sans enfant

Valérie et David sont pasteurs tous les deux. Valérie raconte : « Ce qui m’a toujours frappé, c’est le «oh pardon» qui suit ma réponse à la question «vous avez des enfants ?». Les gens sont très gênés quand je dis que je n’ai pas d’enfants. Devant leur embarras, j’éclate de rire, et j’affirme «ça va pour moi, je ne suis pas mal, il y a des choses plus graves dans la vie». Mon interlocuteur respire. Bien sûr, au début, l’impossibilité d’avoir des enfants a été un vrai chagrin pour nous deux. Mais au bout d’un certain temps, nous l’avons vécu comme une bénédiction pour notre couple, qui s’en est trouvé renforcé. Aujourd’hui, je peux dire que cette stérilité était un cadeau de Dieu. Cela nous a donné une grande disponibilité pour notre ministère, une grande liberté. Oui, on peut être heureux sans enfant ! Nous ne sommes pas mariés pour avoir des enfants mais pour être un couple. J’ai envie d’ajouter : être parent est une vocation, il y a une unité de l’être, et si cela ne doit pas être, laissons faire ! Lors d’un séjour au Bénin, j’ai pu témoigner de cela auprès d’un collègue africain qui vivait comme un drame de ne pas pouvoir avoir d’enfant. Ce partage a pu faire changer le regard de ce frère. »

* Le nom a été changé

Dans la même rubrique...

Quand le deuil d’un tout-petit nous rapproche les uns des autres

La période qui suit la douloureuse perte d’un bébé au sein de la famille peut se révéler créatrice de liens forts entre les membres endeuillés.

Un contenu proposé par Family

« Ah ! Qu’il est doux pour des frères de demeurer ensemble »

Pas si facile la relation de frère, enfant d’un parent, elle croise souvent la question de l’exil constate Valérie Mégnin de la Frat’aire, Fraternité de Grand-Charmont (25).

Un contenu proposé par Blog pop

« Il n’y a pas de mère parfaite, chacune fait comme elle peut »

L'actrice Astrid Veillon, qui incarne actuellement le personnage de Léa Soler dans la série Tandem sur France 3, évoque avec nous son quotidien de maman et invite à repenser la maternité avec bienveillance et indulgence.

Un contenu proposé par Fabuleuses au foyer

Mon kit de survie

Pour vivre avec sérénité les jeunes années de mes enfants, ma belle-sœur m’a donné l’idée de ce kit de survie, composé de quelques éléments de base qui ressourcent et font du bien.

Un contenu proposé par Fabuleuses au foyer

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast