La foi rend-elle heureux ?

La foi rend-elle heureux ?

La réponse est oui. Les convictions spirituelles mettent sur la voie du bonheur. Témoignages.

Un contenu proposé par Réformés

Publié le 22 août 2017

Auteur : Christophe Debonneuil

« La foi n’est pas la seule voie » Florence, 29 ans, comédienne

La foi doit certainement permettre d’accéder à une joie profonde. Mais il me semble que ce n’est pas la seule voie, car le bonheur existe profondément en chacun de nous. C’est en cela que je crois. Je ressens que mon bonheur tient à une qualité de relation, à une qualité de silence, à la reconnaissance du miracle de ce qui nous est donné.

Je dirais volontiers que je touche quelque chose de proche de certains amis qui ont la foi, même si je le vis différemment. Quelqu’un dans la contemplation n’a-t-il pas, d’une certaine façon, la foi ? Je ressemble à cet enfant qui aime Dieu, mais que ne trouve pas les mots pour le lui exprimer. Entretenir une relation personnelle avec Jésus et en avoir conscience ouvre certainement la possibilité d’un bonheur d’un tout autre ordre.

« La foi est une histoire d’amour » Thierry, 58 ans, producteur de télévision

La foi est une histoire d’amour, une rencontre et, à ce titre, c’est une source de joie formidable, quelque chose qui change la vie. Le bonheur que procure la foi n’est pas simplement d’ordre intellectuel. Il n’est pas non plus lié à la morale, au fait de faire le bien.

Etre aimé de manière tranquille et foudroyante conduit à trois bénéfices : une joie débordante, mais aussi la sérénité et la bienveillance vis-à-vis de l’autre. C’est une rencontre qui change tout, y compris le regard que l’on porte sur les autres. On n’a jamais fini de chercher Dieu. Se laisser étonner par son amour : voilà une source de bonheur infinie.

« Toute personne qui fait le bien est proche de Dieu » Julien, 42 ans, ingénieur

La foi donne les clés du bonheur. Elle rappelle l’essentiel : le pardon, l’amour, la charité. Elle offre aussi un regard sur la mort, la peur, la souffrance, le mal. J’expérimente, grâce à la foi, que je peux trouver mon bonheur dans celui de l’autre et dans la joie de donner la joie. Un peu à la manière de la philosophie ou de la morale.

Je crois que toute personne qui agit avec un sens de la justice, un regard sur l’autre, et avec gentillesse ; qui, quand il agit, fait du bien, celui-là est proche de Dieu, même si cette personne ne le dirait pas ainsi. Le don de Dieu a été fait à tous, par avance. Je pense à une de mes amies qui n’a pas la foi et qui est si lumineuse : elle croit en la vie, dans le don et la confiance. Elle respire le bonheur. Grâce à ma foi, je ne me sens jamais seul, contrairement à quand j’étais petit. Je sais que Dieu est notre Père et je sais qu’Il me répond.

« La force de l’amour humain » Anne-Marie, 62 ans, économiste

L’amour humain rend tellement heureux. J’ai eu deux enfants et je témoigne à quel point j’ai vécu un bonheur intense. Mais je comprends que le fait d’avoir à ses côtés, comme le disent certains qui ont la foi, quelqu’un qui vous aime de manière parfaite puisse vous faire connaître une joie profonde.

« L’homme porte la joie en lui » Marine, 33 ans, responsable marketing

La vie de tous les jours m’apporte directement le bonheur que j’attends : la joie de mon fils qui saute dans mes bras quand je reviens du travail, la joie de marcher en montagne avec quelques amis, ou celle de se retrouver autour d’un bon repas. Je crois qu’intrinsèquement l’homme porte la joie en lui. Par essence, la vie est magnifique et source d’émerveillement.

La foi en Dieu me paraît être cependant un chemin privilégié qui modifie en profondeur le rapport à la vie car celui qui a la foi sait que Dieu l’aime par avance.

La foi permet aussi d’injecter du bonheur là où, naturellement, nous n’en avons pas. Quelquefois, lorsque je ne suis pas suffisamment confiante, que je n’ai pas d’énergie ou que je sens que mon engagement n’est plus là, je me rappelle que je suis aimée, que l’amour de Dieu n’a pas de limite. Il m’est alors donné une énergie qui me permet d’avancer de nouveau.

Plus d’articles sur le site de Réformés

Edition Genève du mois de Juillet-Août 2017

Sur le même thème

De nouvelles façons d’enseigner la religion

De nouvelles façons d’enseigner la religion

Une nouvelle formule de cours, dispensés dans les collèges et lycées d’Alsace et de Moselle, invite au vivre-ensemble et à la compréhension de la société. Ils sont de véritables outils pour ceux qui s’en saisissent.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager
La foi peut-elle rendre malade ?

La foi peut-elle rendre malade ?

Alors que les pratiques spirituelles laïques se développent et que la foi en Dieu est parfois questionnée, un pasteur et un psychiatre livrent leurs réflexions.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager
Le christianisme, est-ce une culture, une croyance, ou les deux ?

Le christianisme, est-ce une culture, une croyance, ou les deux ?

La question d'un visiteur et la réponse d'un pasteur.

Un contenu proposé par Lab’Oratoire

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réformés

Réformés est le mensuel des protestants réformés de Suisse romande. Il est financé par les Églises réformées suisses des cantons de Vaud, Neuchâtel, Genève, Berne francophone et Jura.

Derniers contenus du partenaire

Les partenaires de Regardsprotestants