La paternité et le travail
Don de soi

La paternité et le travail

Le 27 septembre, le peuple suisse décidera s’il accorde deux semaines de congé paternité. L’occasion pour moi, père de quatre enfants, de me plonger dans la question du rapport entre paternité, salaire et travail.

Un contenu proposé par Réformés

Publié le 23 septembre 2020

Auteur : Florian Schubert

Lire directement l’article sur Réformés

Quand on a des petits enfants, il est évident que le terme «congé» évoque une idée assez fausse de cocktails et de palmiers. En tant que père, je suis tour à tour: valet de chambre, cuisinier, valet de pied, chauffeur, secrétaire, homme de ménage, infirmier, et parfois même simple monture. Mais je remplis aussi les rôles de régent, de protecteur, de juge et de transmetteur de valeurs, de culture et de foi. Il m’appartient de créer le lien entre les générations passées et celles qui viennent. Comme les mères, les pères milléniaux enchaînent donc deux journées de travail (je ne sais pas pour les autres générations).

Alors si l’on sort la calculatrice, je crains que la paternité ne soit plus un très bon investissement. On investit son temps, son énergie et son argent et lorsque l’enfant devient productif, le fruit de son travail est partagé entre tous. Parce que si pendant des siècles les enfants étaient l’assurance vieillesse des parents et qu’en cela ils avaient un sens économique pour eux, ils pourvoient aujourd’hui pour tous et plus pour ceux, qui ont investi leur temps, leur énergie et leur argent ailleurs. Dans cette logique calculatrice, deux semaines de congé frôlent l’insulte et ressemblent au mieux à l’applaudissement pour les femmes et les hommes qui travaillent dans les soins: c’est mignon et ce n’est pas cher.

En tant que père et en tant que théologien, je vous invite cependant à […]

Lire la suite sur Réformés

Dans la même rubrique...

Bonnes résolutions pour nouveau départ

Avant, il y avait des envies que je n’exprimais que dans mes prières...

Un contenu proposé par SpirituElles

La cassette des unes n’est pas celle des uns ?!

On dit qu´une femme est dépensière quand elle s´achète un joli top alors qu´un homme qui s´achète une Porsche assouvit une passion. Spirituelles a mené l´enquête !

Un contenu proposé par SpirituElles

Un don de soi pour de vrai !

En juillet 2017, Aline a donné un rein à son mari Bertrand, porteur de la maladie de Berger. Un don ouvrant à la complicité et davantage d’intentionnalité. Ils se livrent pour la toute première fois. Entretien.

Un contenu proposé par Family

Décider de sortir de la solitude

La solitude s’accompagne souvent d’un repli sur soi et d’une peur de l’autre. Voulez-vous vraiment en sortir ?

Un contenu proposé par Croire et vivre

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réformés

Réformés est le mensuel des protestants réformés de Suisse romande. Il est financé par les Églises réformées suisses des cantons de Vaud, Neuchâtel, Genève, Berne francophone et Jura.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants